Nutella a-t-il le droit d'exterminer les orang-outans ?

Pourquoi il faut interdire la production et la commercialisation du Nutella.
  • Nutella a-t-il le droit d'exterminer les orang-outans ?

Pour beaucoup de personnes, c'est oui !

Car pour ces personnes, et les lobbies qu'elles soutiennent le plus souvent, dès lors que la responsabilité finale repose sur le choix du consommateur, 
et du fait des emplois que Ferrero, la multinationale qui fabrique le Nutella, représente dans le monde,
il est légitime de détruire les espèces sauvages et de participer à la déforestation mondiale dans des proportions gigantesques ! 

Pourtant, si on est un tant soit peu logique et soucieux de la survie de l'humanité comme de celle des orang-outans, on ne peut que dénoncer ces arguments aussi absurdes que criminels !

Parce qu'un produit nocif pour la nature, le climat et la santé humaine, n'a pas plus de légitimité à être vendu librement que la cocaïne, qu'il soit désiré par les consommateurs ou non !

Autorise-t-on la vente de drogue dans la rue sous prétexte qu'il ya des consommateurs et qu'elle permet à des dealers d'en vivre ? Alors, pourquoi en serait-il de même pour un produit génocidaire comme le Nutella ?

De plus, et je ne cesserai jamais de le répéter, les emplois de l'industrie agro-alimentaire en général, et de Ferrero en particulier, sont des emplois factices puisqu'ils se contentent de se substituer à des emplois qui auraient de toute façon existé sans eux, pour des produits locaux et de bien meilleure qualité..
L'emploi agro-alimentaire est donc, par essence, un emploi "racket" lié à un rapport de force économique arbitrairement décidé politiquement en faveur d'un système industriel climaticide !

Donc, quand on vous dit que Ferrero a le droit de vendre son Nutella, donc d'exterminer les orang-outans, répondez ceci :
" Non ! Nutella doit être interdit à la vente et l'ensemble de la direction de Ferrero comme de ses actionnaires poursuivis en justice pour crimes contre l'Humanité ! "

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.