La vérité sur Lavrilleux

Comment un carriériste obséquieux, sur le point d'être pris la main dans le sac, a essayé de se faire passer pour un lanceur d'alerte..

Lavrilleux est évidemment complice et coupable ! 

Vu son niveau d'études, et le fait qu'il n'avait pas été choisi pour rien par ses petits camarades (on lui faisait confiance avec sa gentille tête de toutou affamé qui voulait juste des contrats juteux pour ses copains de Bygmalion sans se demander pourquoi on les aimait tant), il est stri-cte-ment impossible qu'il ne pouvait pas savoir... 

D'ailleurs  le fait qu'il se soit répandu dans les médias quand l'enquête a commencé, et alors qu'il n'était encore visé par aucune poursuite, prouve bien qu'il n'ignorait pas la nature délicteuse de son activité de blanchiment.... Sans quoi, il ne se serait pas inquiété !

Seulement voilà ! Le gentil toutou a craqué quand il a compris qu'il risquait de prendre pour les autres... 
Faut dire que, comme c'était aussi un imbécile, on lui avait fait croire que c'était imparable, les factures de com' ! .. Que ca servait toujours à noyer les faux frais ! ... Ha ! Ha ! Ha

Lavrilleux a donc donné son quitus, persuadé que la combine le mettait hors d'atteinte, et sûr de la protection de ses chefs.

Alors  quand il a senti que la Justice ne l'entendrait pas de cette oreille  il s'est mis à faire sa pleureuse et à cafter à tout va.. Oui, il a eu la trouille et a espéré qu'en venant chialer devant le grand public, voulant se faire passer pour un morceau de viande tendre, les juges l'auraient à la bonne ! 

Il est d'ailleurs assez écœurant de voir la complaisance apitoyée des médias à son égard.. Alors qu'il en a mangé de la galette, le petit sournois ! 

Mais bon, on se doute bien qu'il ne sera pas condamné sévèrement ou avec du sursis.. Malheureusement ! 
Et comptez sur lui pour faire appel ! .. Non parce qu'il est innocent, mais pour continuer de communiquer sur une image d'homme trahi, à l'honneur bafoué.

La lâchitude, à Lavrilleux  ça le connaît !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.