François Mailloux
Prof de maths, militant NPA
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2010

François Mailloux
Prof de maths, militant NPA
Abonné·e de Mediapart

Dominique Voynet vend son "écoquartier" au privé

François Mailloux
Prof de maths, militant NPA
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis quelques semaines, la municipalité fait la publicité de son projet d’éco-quartier, censé remodeler 200 hectares dans les hauts de Montreuil (près d’un quart de la Ville). Ces quartiers connaissent de réels problèmes d’insalubrité, de manque d’accessibilité aux transports en commun et aux services publics. Mais le projet mégalomaniaque porté par Dominique Voynet, dans l’esprit du projet « cœur de ville » de l’ancienne municipalité de J.-P. Brard (apparenté PCF), a été concocté dans un petit cercle fermé.

Une plaquette publicitaire tirée à 40000 exemplaire et distribuée dans tous les foyers montreuillois vante "les hauts de Montreuil", un éco-quartier censé "résorber la fracture et les inégalités". Des chiffres clés sont donnés : 200 hectares (1/5ème de Montreuil ; 5 stations de Tramway (T1), 2 stations de métro (L11) ; 3000 logements à l'horizon 2020 ; 250000 m 2 / 6000 emplois ; 75000 m2 d'équipements ; 21 hectares d'anciennes terres agricoles protégées pour le projet agriculturel des murs à pêches ; 2 km h'autoroute démolie, remplacée par une avenue acceuillant le tramway. Des projets sont annoncés : 3 groupes scolaires et 3 crèches, un éco-pôle déchets et un parc aquatique.

Ce que ne fait pas Voynet, c'est de restituer les projets à ceux qui les ont portés et qui vont les mettre en oeuvre. Ainsi le passage du Tramway n'est pas du ressort de la commune et la démolition de la voie d'autoroute pour le permettre était déjà prévue à l'origine. Le projet des murs à pêche est porté par les associations montreuilloises comme "Montreuil environnement", "l'association des murs à pêche", "le sens de l'humus" et d'autres encore. Une partie de ce site est classé en tant que patrimoine. C'est une zone où des murs ont en plâtre ont été construit avec le gypse des carrières de Montreuil, permettant d'accumuler la chaleur et favorisant la culture des pêches et du maraîchage. Ces pêches étaient réputées et on dit qu'elles étaient présentes sur la table de Louis XIV. L'association des murs à pêche annonce que l'emprise actuelle de ce site est de 35 hectares, même si les zones sont plus ou moins bien conservées, plus ou moins polluées. 8.5 hectares ont été classés au titre de « site et patrimoine ». Alors, l'annonce par Dominique Voynet d'un espace de 21 hectares est en négatif celle de l’utilisation de 14 hectares de ce site pour les « hauts de Montreuil ». Comment qualifier alors d’éco-quartier, quand il s’agit de détruire un éco-système unique ? Comment circonscrire le projet agriculturel à un espace de 21 hectares avant même d’avoir défini un contenu et un projet ? Cette annonce sonne le glas des espoirs de ces associations et des militants qui avaient cru dans le changement de municipalité. A ce propos, vous pouvez lire l’article très intéressant de Fabrice Nicolino sur son blog « Madame Voynet et la nouvelle Bibliothèque François Mitterrand ».

Dans cette même plaquette, Dominique Voynet annonce le lancement de la consultation, mais elle oublie de présenter les choix déjà effectués : augmentation de la population, densification, création de ZAC (zone d’aménagement concerté) et la mise en place de partenariats public-privé pour porter le projet. On parle ainsi de la mise en place d’un aspirateur à ordure, technique maîtrisée par une seule multinationale qui en aurait la gestion pour une très longue période. Ce n’est pas sans rappeler le gestion par le privé de l’eau : une entreprise (Véolia) gère l’eau avec une délégation de service public. Le prix de l’eau est plus élevé, ce qui permet aux collectivités territoriales donneuses d’ordre (les municipalités adhérentes au Syndicat des Eaux d’Ile de France, SEDIF) de récupérer une partie des sommes soit sous forme de reversement, soit sous forme d’équipements collectifs. Une façon de financer des projets sans augmenter les impôts, mais en faisant supporter le coût sur la population d’une façon indirecte.

Ainsi la majorité municipale (réduite aux seuls soutiens de Dominique Voynet depuis le divorce avec les socialiste dissidents) livre à quelques multinationales un cinquième du territoire montreuillois. Elle met la population devant le fait accompli en lançant, avant toute concertation, les consultations auprès des entreprises. Empiétant allègrement sur les murs à pêches, la dimension écologique du projet est d’ailleurs tout à fait discutable.

Ce nouveau projet, laissant libre cours aux appétits privés, provoquera immanquablement une spéculation, une hausse des loyers et accélérera la relégation des populations les plus défavorisées vers les banlieues éloignées.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Parc éolien offshore en mer d’Oléron : le gouvernement persiste
Après un débat public très critique, une décision ministérielle publiée le 29 juillet 2022 au Journal officiel confirme la réalisation d’un parc éolien posé en Sud-Atlantique, au large de l’île d’Oléron. Malgré son éloignement des côtes, sa localisation dans le périmètre d’une zone « Natura 2000 » de protection des oiseaux ne permet pas de dissiper les inquiétudes.
par Laurent BORDEREAUX
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB