françois périgny
Abonné·e de Mediapart

314 Billets

7 Éditions

Billet de blog 6 mars 2015

françois périgny
Abonné·e de Mediapart

L'impossible

françois périgny
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

   "La vie humaine est impossible. Mais le malheur seul le fait sentir.

                        *

  "Le bien impossible : "Le bien entraîne le mal, le mal le bien, et quand cela finira-t-il ?"

                     *

Le bien est impossible. - Mais l'homme a toujours l'imagination à sa disposition pour se cacher cette impossibilité du bien dans chaque cas particulier (il suffit, pour chaque événement qui ne nous broie pas nous-mêmes, de voiler une partie du mal et d'ajouter du bien fictif - et certains le peuvent, même s'ils sont broyés eux-mêmes) et, du coup, pour se cacher de combien différe l'essence du nécessaire de celle du bien et s'interdire de vraiment rencontrer Dieu qui n'est pas autre chose que le bien lui-même, lequel ne se trouve nulle part en ce monde.

                             *

   "Le désir est impossible : il détruit son objet. Les amants ne peuvent pas être un ni Narcisse être deux. Don Juan, Narcisse. Parce que désirer quelque chose est impossible, il faut désirer le rien.

                                  *

   "Notre vie est impossibilité, absurdité. Chaque chose que nous voulons est contradictoire avec les conditions ou les conséquences qui y sont attachées, chaque affirmation que nous posons implique l'affirmation contraire, tous nos sentiments sont mélangés à leurs contraires. C'est que nous sommes contradiction, étant des créatures, étant Dieu et infiniment autres que Dieu.

             *

   "La contradiction seule fait la preuve que nous ne sommes pas tout. La contradiction est notre misère, et le sentiment de notre misère est le sentiment de notre réalité. Car notre misère, nous ne la fabriquons pas. Elle est vraie. C'est pourquoi il faut la chérir. Tout le reste est imaginaire.

    *

   "L'impossibilité est la porte vers le surnaturel. On ne peut qu'y frapper. C'est un autre qui ouvre.

                                 *

      "Il faut toucher l'impossibilité pour sortir du rêve. Il n'y a pas d'impossibilité en rêve. Seulement l'impuissance.

  Notre Père, celui des cieux Il y a là une sorte d'humour. C'est votre Père, mais essayez un peu d'aller le  chercher là-haut ! Nous sommes exactement aussi incapables de nous décoller qu'un ver de terre. Et comment, lui, viendrait-il à nous sans descendre ?  Il n'y a aucune manière de se représenter un rapport entre Dieu et l'homme qui ne soit aussi inintelligible que l'Incarnation. L'Incarnation fait éclater cette inintelligibilité. Elle est la manière la plus concrète de penser cette descente impossible. Dès lors, pourquoi ne serait-elle pas la vérité ?

                                      *

   "Nous sommes des êtres connaissant, voulant et aimant, et dès que nous portons l'attention sur les objets de la connaissance, de la volonté et de l'amour, nous reconnaissons avec évidence qu'il n'y en a pas qui ne soient impossibles. Le mensonge seul peut voiler cette évidence. La conscience de cette impossibilité nous force à désirer continuellement saisir l'insaisissable à travers tout ce que nous désirons, connaissons et voulons.

        *

   "Quand quelque chose semble impossible à obtenir, quelque effort que l'on fasse, cela indique une limite infranchissable à ce niveau et la nécessité d'un changement de niveau, d'une rupture de plafond. S'épuiser en efforts à ce niveau dégrade. Il vaut mieux accepter la limite, la contempler et en savourer toute l'amertume.

                         *

   "L'erreur comme mobile, source d'énergie. Je crois voir un ami. Je cours vers lui. Un peu plus près, je m'aperçois que celui vers lequel je cours est un autre, un inconnu. De même nous confondons le relatif avec l'absolu, les choses créées avec Dieu.

   Tous les mobiles particuliers sont des erreurs. L'énergie qui n'est fournie par aucun mobile est seule bonne : l'obéissance à Dieu, c'est-à-dire, pour autant que Dieu déborde tout ce que nous pouvons imaginer ou concevoir, l'obéissance à rien. Cela est impossible et nécessaire à la fois - autrement dit surnaturel.

            *

   "Un bienfait. C'est une bonne action si, en l'accomplissant, on a conscience avec toute l'âme qu'un bienfait est chose absolument impossible.

   Faire le bien. Quoi que je fasse, je sais d'une manière parfaitement claire que ce n'est pas le bien. Car celui qui n'est pas bon ne fait pas le bien. Et "Dieu seul est bon"...

  Dans toute situation, quoi qu'on fasse, on fait mal, et un mal intolérable.

   Il faut demander que tout le mal qu'on fait tombe seulement et directement sur soi. C'est la croix.

                                           ***

   "Est bonne l'action qu'on peut accomplir en maintenant l'attention et l'intention totalement orientées vers le bien pur et impossible, sans se voiler par aucun mensonge ni l'attrait ni l'impossibilité du bien pur.

   Par là, la vertu est tout à fait analogue à l'inspiration artistique. Est beau, le poème qu'on compose en maintenant l'attention orientée vers l'inspiration inexprimable, en tant qu'inexprimable.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt