françois périgny
Abonné·e de Mediapart

314 Billets

7 Éditions

Billet de blog 15 janv. 2015

françois périgny
Abonné·e de Mediapart

Quelques réflexions autour de la notion de valeur - 5

françois périgny
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

         "Il est vrai qu'il y a des (systémes) auteurs qui ne s'inspirent pas de cette tradition ; cela n'a rien de surprenant, puisque la réflexion philosophique implique le détachement, et que le détachement est une sorte de miracle. Bien des auteurs qui se croient et sont crus philosophes sont incapables de réflexion, au sens rigoureux du mot, ou n'en sont pas capables d'une maniére assez soutenue pour que toute leur oeuvre s'en inspire ; néanmoins, parmi ces auteurs, certains sont presque de premier ordre, et leurs oeuvres méritent le plus grand intérêt. D'ailleurs les auteurs mêmes qui pratiquent la réflexion ne s'en inspirent pas continuellement et en tous points ; leur pensée a des défaillances, et ces défaillances causent parfois des divergences entre penseurs de même sorte.

   Quant aux contradictions, toute pensée philosophique en contient ; loin que ce soit une imperfection de la pensée philosophique, c'en est un caractère essentiel sans laquelle il n'y a qu'une fausse apparence de philosophie. Car la vraie philosophie ne construit rien ; on objet lui est donné, ce sont nos pensées ; elle en fait seulement, comme disait Platon, l'inventaire ; si au cours de l'inventaire elle trouve des contradictions, il ne dépend pas d'elle de les supprimer, sous peine de mentir. Les philosophes qui essaient de construire des systémes pour éliminer ces contradictions sont ceux qui justifient en apparence l'opinion que la philosophie est quelque chose de conjectural ; car de tels systémes peuvent être variés à l'infini, et il n'y a aucune raison d'en choisir un plutôt qu'un autre. Mais, du point de vue de la connaissance, ces sytémes sont au-dessous même de la conjecture, car les conjectures sont des pensées inférieures, et ces systémes ne sont pas des pensées. On ne peut pas les penser. On ne le peut pas, car si on le pouvait, fût-ce un instant, on éliminerait pendant cet instant les contradictions dont il s'agit, et on ne peut pas les éliminer. Les contradictions que la réflexion trouve dans la pensée quand elle en fait l'inventaire, sont essentielles à la pensée, y compris la pensée des fabricants de systémes, elles sont présentes à leur pensée pendant le temps même où ils élaborent, ou ils exposent leurs systémes ; mais ils font des mots un usage qui n'est pas conforme à leur pensée, et cela par excés d'ambition. Ainsi ceux qui nient la réalité du monde extérieur, au moment où ils disent qu'ils la nient, ont de la réalité de leur table et de leur chaise le sentiment que n'importe quel paysan ; ils font entre leurs perceptions et leurs rêves la même différence que n'importe quel paysan. Pour prendre un exemple encore plus clair, dire qu'une ligne a une certaine longueur et en même temps contient un nombre infini de points implique contradiction ; c'est penser la même chose comme finie et comme infinie. Mais les Grecs qui disaient qu'une ligne est composée d'un nombre infini de points étaient seulement poussés par le désir d'éliminer cette contradiction ; ils ne pensaient pas ce qu'ils disaient (Ils se contentaient de le dire*) ; on ne peut pas le penser. On ne peut pas penser une partie de ligne, répétée dans la ligne un nombre infini de fois, autrement que comme une longueur, on ne peut pas penser une longueur indivisible. La contradiction qu'on voulait éliminer reparaît ; il valait mieux l'exposer. Un progrés décisif serait réalisé si l'on se décidait à exposer honnêtement les contradictions essentielles à la pensée au lieu de chercher vainement à les écarter ; un grand nombre de formules vides de sens disparaîtraient ainsi non seulement de la philosophie, mais aussi des sciences, y compris les plus précises. Quant aux systémes complets construits dans le dessein d'éliminer toutes les contradictions essentielles de la pensée, on comprendrait que s'ils ont une valeur, elle ne peut être que poétique ; c'est ici que l'affirmation de Valéry (et de mézigue, qui n'a pas lu Valéry*) est tout à fait juste.

(Sur la fin de la page de manuscrit, S.W. a tracé des figures géométriques et a écrit des équations.)

(Page égarée ?)

(...) grâce à Parménide et à Héraclite la nature essentiellement contradictoire de la pensée, et avaient créé l'art de prouver avec une égale facilité une thése et son contraire, n'en concluaient pas qu'il ne faut rien prouver, mais qu'il faut prouver ce qui est utile. Sous leur influence, tous les jeunes Grecs bien doués désirérent devenir dictateur. Mais tendre à l'utilité, tendre à la puissance, c'est croire à un bien, poser un ordre de valeurs ; ce qui fournissait à Socrate, contre eux, une réponse facile. La pensée est susceptible d'avoir une valeur ; c'est ce que nul ne peut nier sinon en paroles. Et dés lors le critérium de la vérité est simple à définir : est vrai tout ce qu'il est impossible à l'esprit de ne pas penser comme vrai. Car si ce qu'il m'est impossible de ne pas admettre est faux, ma pensée toute entière est sans valeur, puisqu'elle continue à admettre ces erreurs. Ce critérium n'est autre que celui de Descartes ; c'est ce qu'il a nommé, assez mal peut-être, la clarté. Est vrai tout ce que l'esprit ne peut pas rejeter. Un double danger le menace : il peut adhérer si fortement à une croyance qu'il la pense essentielle à l'exercice de la pensée, alors qu'elle ne l'est pas ; et il peut croire en rejeter une autre qu'en réalité il continue à accepter, car les mots permettent de tout nier ; les mots (") ne pas (") peuvent être insérés dans toute phrase. De plus avant de mettre ainsi les pensées à distance de vue, il faut avoir fait l'effort de les former ; un homme ne peut pas être réellement incertain si 2+2 font 4 ou 5, mais il est incertain, par exemple, si 67 x 28 fait 1876 ou 1976 ; il peut indifféremment admettre ou rejeter l'un ou l'autre jusqu'à ce qu'il ait fait l'opération, et même alors, il peut supposer qu'il s'est trompé".

(*N. d. s. )

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Tarifs des transports franciliens : Valérie Pécresse et le gouvernement se renvoient la balle
La Région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, a annoncé que le pass Navigo passerait de 75 à 90 euros si l'État ne débloquait pas des financements d'ici au 7 décembre. Alors que les usagers craignent la déflagration, la Région et l’État continuent de se rejeter la responsabilité.
par Khedidja Zerouali et Ilyes Ramdani
Journal — Europe
« La guerre entraîne la solidification des nations russe et ukrainienne »
Pour l’historien américano-ukrainien Serhii Plokhy, le conflit qui fait rage en Ukraine est une lutte de « libération nationale », dans laquelle les Ukrainiens sont « majoritairement restés unis », renforçant même leur identité. Il constate « l’ukrainisation » des populations du pays.
par Laurent Geslin
Journal — Travail
« Un employé mieux reposé est plus efficace » : la semaine de quatre jours à l’essai au Royaume-Uni
Jusqu’à fin décembre, des dizaines d’entreprises britanniques testent la semaine de quatre jours. L’idée de travailler un jour de moins pour un salaire et une productivité inchangés séduit les salariés, et bien souvent leurs patrons. Même si les réalités économiques peuvent les rattraper.
par Marie Billon
Journal — Outre-mer
Karine Lebon : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
Députée de La Réunion, Karine Lebon dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28