Jaume Cabré, "Je confesse" - Une clef ?

 

 

     Une spirale (éclatée), en plusieurs épisodes éclatants. Une clef :

 

   "Aucun art ne fut cultivé et développé par la sophistique de façon aussi systématique que l'art oratoire. (.)  Dans l'art oratoire, la sophistique voyait un instrument idéal pour la domination des hommes. ( ... ) Grâce à la sophistique et à sa rhétorique, les discours publics se sont transformés en discours littéraires et on a commencé à les considérer comme des oeuvres d'art dignes d'être conservés par écrit. (.) Dès lors, l'éducation oratoire devint indispensable pour devenir homme d'État, mais la rhétorique, dans son domaine d'influence, comprenait toute la prose, en particulier l'historiographie. (....) Ainsi, on peut comprendre qu'au quatrième siècle le rôle central, en littérature, ait été assumé par la prose et non par la poésie."

    (Et c'est ainsi que furent bâties les monumentales cathédrale - y compris "Jo confesso" ou la Sagrada Familia - au détriment des modestes baptistéres Saint-Jean de Poitiers, modeste mais plein du charme de la poésie (une présence lointaine.)

   " (... ...)

   Adrià leva la tête du Nestle ouvert au chapitre quinze, Isocrate et la nouvelle éducation, ..."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.