La question de l'éducation en débat de la primaire de la droite!

Lors du second débat télévisé de la primaire à droite, les candidats misent sur l'éducation pour se démarquer de leur concurrent.

A l'occasion du second débat de la primaire à droite organisé par BFMTV, RMC et iTELE, chaque candidat devrait se distinguer sur le thème de l'éducation, ce qui n'est pas une chose aisée, notamment pour les candidats appartenant à une même famille politique. François Tézé décortique pour vous les propositions des candidats dans ce domaine.

Les proosition des canditats pour la classe de CP à la 3ème

L'education fait partie du patrimoine historique français depuis l'époque de Napoléon, et les candidats débordent d'idées et d'imaginations pour réformer le système éducatif en faveur des jeunes élèves. Ainsi, pour Nicolas Sarkozy, il est nécessaire de mettre en place une classe préparatoire afin de préparer les élèves en difficultés d'apprentissage, et ce, dans un petit groupe.

En revanche, François-Régis remarque une différence dans les propositions de Monsieur Sarkozy par rapport à Alain Juppé. Ce dernier entend engager des animateurs linguistiques dès la crèche pour favoriser l’apprentissage d’une langue étrangère au plus tôt.

Pour François Fillon, la réforme du système éducatif passera par l'avancement de la scolarité obligatoire à partir de 5 ans contre 6 ans actuellement et le port de l'uniforme comme en Angleterre.

Sur ce point, l'ancien premier ministre est rejoint par Jean-Fraçois Copé qui préconise la généralisation du levé de drapeau et le chant de "la Marseillaise" dans toutes les écoles françaises. Si la majorité des candidats défendent un collège unique, Bruno Le Maire propose de son côté un collège diversifié, car chaque enfant est unique et promeut une fusion des instituteurs et des enseignants de collège dans un seul corps de professeurs polyvalents du CP à la 3ème.

Jean-Frédéric Poisson souhaite faciliter l’installation des écoles hors contrat en France et entend relever le ratio entre écoles publiques et privées. Pour sa part, Nathalie Kosciusko-Morizet s’est déclarée favorable à l’apprentissage de l’arabe dans les écoles arguant, une idée qui n'est du goût de ses concurrents.

Les propositions sur l'apprentissage de l'histoire de France

L'apprentissage de l'histoire constitue un sujet qui divise les candidats, notamment la question sur l'identité nationale sur laquelle chaque candidat a une vision personnelle. François Fillon propose de renouveler le programme d’Histoire en primaire. Jean-Frédéric Poisson et Bruno Le Maire souhaitent un enseignement chronologique de l'Histoire de France. Quant à Nicolas Sarkozy, l'apprentissage de "l'Histoire de France" se passe à l'école, non à la maison.

Pour plus d'informations sur ce débat, rendez-vous sur BFMTV

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.