François Rochon
habitat et logement social, culture et citoyenneté
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 sept. 2019

Robert Lion, le logement et les Hlm : son témoignage dans "Etat passion" (extrait)

Robert Lion, très haut fonctionnaire français récemment décédé, a été l'un des artisans de la modernisation des Hlm dans les années 1970, au début de sa carrière. Dans son ouvrage "L'Etat passion", paru chez Plon en 1992, il décrivait brièvement cette expérience, dont cette note de blog reprend l'extrait.

François Rochon
habitat et logement social, culture et citoyenneté
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'Etat passion, de Robert Lion, Plon, 1992 © François Rochon

On associe souvent au passage de Robert Lion à l'Union sociale pour l'habitat, la publication du Livre Blanc des Hlm, intitulé Propositions pour l'habitat, qui faisait suite à une vaste démarche collective de réflexion participant à l'évolution de la politique du logement de l'époque. Dans son essai sur la modernisation de l'Etat, l'Etat passion (ouvrage intégralement disponible en ligne) il revient brièvement en introduction sur son expérience au service du logement et du logement social, dont voici l'extrait correspondant :

« De 1969 à 1974, directeur de la construction au ministère de l’Equipement, je commandais les services qui tracent et mettent en œuvre la politique du logement. Ils formaient alors une administration puissante. Elle gérait des crédits considérables, l’« aide à la pierre » qui finançait 130 000 HLM locatives chaque année, et aidait 200 000 autres logements. Elle s’occupait des loyers réglementés, des bidonvilles à résorber, des priorités d’accès des mal-logés aux HLM. Nous avons lancé l’animation et la rénovation des « grands ensembles » et stimulé l’innovation dans l’habitat. La direction de la construction exerçait en outre la tutelle es organismes d’HLM et des promoteurs ; elle avait beaucoup à faire avec les architectes et le bâtiment.

C’était une administration centrale bien huilée et solidement encadrée. Elle le devait à Raoul Dautry et Eugène Claudius-Petit qui, vingt ans plus tôt, avaient donné aux services des dommages de guerre et de la reconstruction une impulsion décisive et recruté des grands commis hors pair, largement issus du Conseil d’Etat. Comme c’est encore le cas, elle était relayée par le réseau des directions départementales de l’équipement, à vrai dire plus branchées à l’époque sur les routes que sur le logement.

Ce bel outil demeurait cependant rigide et jacobin et terriblement tutélaire dans ses rapports avec son environnement. J’ai essayé de le décoincer et de le moderniser.

J’étonnai beaucoup de monde, à commencer par Olivier Guichard, mon ministre, en quittant cette position de pouvoir pour devenir, en 1974, le délégué général de l’Union des HLM. Certains inspecteurs des finances me reprochèrent de « déroger » !

Je répondais à l’appel du président du Mouvement HLM, Albert Denvers, député et président du conseil général du Nord, homme de cœur et de foi. Elu sans autre interruption que la guerre depuis le Front populaire, il fut, trente ans durant, l’apôtre du logement social, au service des plus modestes, ceux qu’avec grandeur il nommait « les petits ».

L’Union des fédérations HLM est un syndicat professionnel. Ses adhérents ont tantôt des racines politiques, du parti communiste à la droite traditionnelle ; ils sont tantôt d’origine patronale ou caritative. Le délégué général de cette Union est nommé par un comité directeur, lui-même élu par la base du mouvement. Il est donc le mandataire de cette base. Mais je n’ai pas conçu ce mandat comme passif : il m’a semblé naturel de l’utiliser pour faire évoluer les HLM, quitte à déranger souvent. Semaine après semaine, j’ai connu la France des élus et les banlieues à problème. Le Mouvement HLM a changé et pris du poids, durant ces années. Plus vif, attentif aux nouvelles tensions sociales dans les villes, mieux géré, il est apparu comme le grand groupe de pression dans l’habitat.

Je n’étais plus au service de l’Etat. Je n’avais pas pour autant quitté le service public : l’Etat n’en a pas le monopole, et la cause du logement social, que nous défendions, était bien une parcelle de l’intérêt général.

J’ai appris pendant mes sept ans aux HLM, à gérer une entreprise de droit privé : les services techniques, juridiques, financiers de l’Union, ceux en charge de l’image et de la communication des HLM, ou encore de la formation, représentaient cinq cent personnes. J’ai appris à jouer du pouvoir d’un grand « lobby », dans une joute quotidienne avec l’Etat. J’ai mieux compris comment on entraîne un grand corps social à changer un peu ses réflexes et ses comportements. Ce fut la plus rude étape de mon parcours et la plus belle école pour moi. » [p11-13]

Pour découvrir les autres facettes de la carrière et des engagements de Robert Lion, voir notamment les récents articles :

"Mort de Robert Lion, homme des grands travaux mitterrandiens", in Libération, par Sibylle Vincendon, 14 septembre 2019

"Robert Lion, grand commis de l'Etat et militant écologiste, est mort", in Le monde, 14 septembre 2019

"L'Arche de la Défense est l'un des plus beaux ouvrages des années 1980" in Le Parisien, propos recueillis par Marie Terrier G. B., 13 juillet 2019

Robert Lion © Wikipédia

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance…ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier