François Rochon
habitat et logement social, culture et citoyenneté
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juin 2020

Rencontre avec Guy Lemée pour un livre à paraître : "Hlm, mon amour"

Il y a quelques jours, un twitt du rédacteur en chef d’un média spécialisé sur le logement et les Hlm annonçait laconiquement la publication prochaine d’un livre au titre romantique. Une nouvelle originale, tant le secteur est réputé pour son langage technique au phrasé politique. Un billet pour en savoir un tout petit peu plus... seulement. Stratégie de communication oblige !

François Rochon
habitat et logement social, culture et citoyenneté
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 11 juin dernier, Guy Lemée annonce la parution d’un livre intitulé « Hlm, mon amour », sans toutefois en préciser l’auteur ni l’éditeur. Quelques jours plus tard, alors que je suis de passage à Paris, je lui propose de se croiser un court moment atour d’un café à la sortie du travail, pour tenter d’en savoir un peu plus sur le contexte de ce mystérieux projet éditorial. Guy Lemée est le rédacteur en chef d’Habitat et Collectivités Locales, une lettre numérique hebdomadaire qu’il a créée voilà une dizaine d’années, après avoir dirigé longtemps un cabinet d’études et de conseil spécialisé sur le logement.

Guy Lemée à la Gare de Lyon, Paris © François Rochon

L’information qu’il publie n’est pour lui pas un fait parmi d’autres, puisqu’il s’avère partie prenante du projet. En effet, l’idée du livre émerge notamment de ses conversations informelles avec une personnalité du Mouvement Hlm, fortement marquée par les réformes récentes des APL, et « qui en a été l’un des acteurs ». Considérant avoir probablement vécu un tournant majeur de la politique du logement social en France, la conviction se forge de montrer ce qui se joue avec ces inflexions substantielles au plan budgétaire ; les économies sur la redistribution en direction des plus modestes se chiffrant ici en milliards.

Car derrière la volonté de réduire la dette publique, se cacherait une rupture dans les équilibres politiques historiques qu’avaient su établir le secteur du logement social, à la fois dans ses relations avec l’Etat longtemps très étroites et entre ses différentes familles représentées par cinq Fédérations d’entreprises publiques, privées, coopératives, d’action territoriale et des métiers de l’immobilier social, ainsi qu’une partie des Sociétés d’économie mixte. Comment un tel réseau d’acteurs, en charge d’une mission si essentielle au sein du modèle français, avait pu se trouver à ce point opposé aux réformes engagées par l’Etat ?

Il faut noter que l’agenda politique avait surpris à l’époque, puisque les mesures prises ne figuraient dans aucun programme politique débattu durant les dernières campagnes électorales. « Plus la rédaction du manuscrit avançait, plus la mise en perspective prenait le pas sur l’analyse des dernières grandes actualités, pourtant déjà intéressantes en-soi à décrypter », note Guy Lemée. Le texte retracera l’histoire contemporaine du logement social, mais du point de vue d’un observateur au cœur du système et partie prenante directe de ses évolutions, si bien qu’au fil des chapitres, « l’analyse se transforme progressivement en démonstration étayant des propositions ».

C’est en cela que la démarche du livre tirera probablement son principal intérêt, et qui aura peut-être permis d’emporter l’adhésion de l’éditeur. Les ouvrages sur le logement et le logement social ne sont pas si fréquents. Allier d’un côté l’incarnation d’un point de vue porteur de la culture Hlm, à laquelle tant de professionnels sont attachés, et de l’autre l’effort d’une démonstration critique assumant des propositions clairement affirmées et donc forcément clivantes, offrira sans aucun doute une occasion de débat passionnante. Rendez-vous donc à la librairie du Congrès Hlm pour découvrir cette parution, avec peut-être la chance d’y rencontrer son auteur ? En attendant, me dit-on, un dossier de presse sera présenté début juillet.

Vue d'hélicoptère de la région parisienne © François Rochon

Pour illustrer ce livre à venir dont il est annoncé qu’il veut prendre de la hauteur, en consacrant notamment une place importante aux Quartiers Hlm : une vue aérienne de la région parisienne prise d’hélicoptère, qui rappellera certainement aux amateurs d’urbanisme un épisode célèbre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart