françois schmitt10
Consultant, conseil spécialisé dans la vie des entreprises et du monde associatif, communicant et homme de marketing.
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2022

françois schmitt10
Consultant, conseil spécialisé dans la vie des entreprises et du monde associatif, communicant et homme de marketing.
Abonné·e de Mediapart

En Palestine, Israël continue de tuer des civils dans une totale indifférence.

Deux Palestiniens ont été tués en ce début d'octobre 2022 et un troisième a été grièvement blessé lundi matin par des soldats israéliens au nord de la ville de Ramallah, au centre de la Cisjordanie, selon des sources de sécurité palestiniennes et des témoins oculaires. Le tout dans un silence assourdissant de la France. Comme toujours.

françois schmitt10
Consultant, conseil spécialisé dans la vie des entreprises et du monde associatif, communicant et homme de marketing.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les deux victimes ont été identifiées comme étant Basel Basbous et Khalid Anbar, tous deux résidents du camp de réfugiés, selon les sources. La personne blessée, identifiée comme étant Salamah Ra'fat, était originaire de la ville de Beir Zeit. Qui en a entendu parler dans notre beau pays ?

En France, le négationnisme de la Shoah est puni (à juste titre) de sévères peines par la Loi. Mais pas le négationnisme des massacres commis régulièrement par Israël en toute impunité. Il est fort à parier que Madame von der Leyen ne demandera jamais la parution de quelque dirigeant d'Israël devant la CPI comme elle vient de le faire pour le dirigeant actuel de la Russie. Pourtant les responsabilités sont les mêmes, proportionnellement à la taille respective des deux conflits. Et l'impunité totale aussi, d'ailleurs.

Le problème, c'est que les Palestiniens gênent tout le monde à revendiquer obstinément le pays de leurs ancêtres volé et pillé par un État voyou créé et soutenu par de puissants alliés. Ils gênent jusqu'aux pays du Golfe qui se sont proclamés longtemps leurs soutiens, sans jamais apporter pour autant l'once d'une preuve de ce qu'ils affichaient haut et fort. Aujourd'hui, avec le rapprochement de l'Arabie Saoudite et d'Israël, au nom de leur lutte contre l'ennemi commun iranien, plus aucune monarchie ni république ne prend encore la peine d'affirmer prendre le parti du peuple palestinien. Surtout pas la France, où le pouvoir politique en place prétend faire de l'antisionisme un faux-nez de l'antisémitisme, avec la bénédiction du CRIF. Où la motion présenté à la Chambre basse du Parlement, qui reprend les conclusions d'un rapport de l'ONU pointant du doigt l'apartheid pratiqué par Israël, s'est heurtée à une véritable hystérie venue de tous côtés des bancs des députés (y compris ceux de la Nupes). Où l'opinion publique se préoccupe plus d'un degré en moins pour le chauffage de nos chaumières cet hiver que des crimes de guerre quotidiens commis sur le sol palestinien.

Le peuple palestinien meurt à petit feu et on aimerait bien qu'il ait le bon goût de le faire en silence. Qu'Israël se rassure (si tant est que l'on y soit inquiet…) : au nom de la Shoah et de la responsabilité de l'Occident dans ce qui restera pour cet Occident comme une tache indélébile dans l'Histoire universelle, aucune exaction, aucun massacre, aucun lâche assassinat, aucun vol de terre à venir n'aura de conséquence dans la marche en avant du sac de la Palestine par l'État d'Israël.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal — Libertés publiques
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise