Patrice Romedenne porte-parole du Figaro sur France Info TV

Voilà plusieurs jours que la revue de presse matinale de Patrice Romedenne sur France Info TV se mue en relais des éditoriaux du Figaro stigmatisant l'Islam et propageant largement l'idée d'une complicité objective des institutions et des media (de gauche) dans le déni d'une pseudo réalité que personne ne voudrait voir. Où est l'éthique du journalisme et la neutralité du service public ?

Il n'est pas dans mes habitudes de céder à la théorie du complot et d'imaginer que les media de service public se complaisent dans la désinformation au profit du pouvoir en place. Mais lorsque j'entends Patrice Romedenne nous servir sa revue de presse matinale dans la tranche 6h30-9h30, je me mets à douter à bon droit de l'objectivité dudit service public.

Qu'on en juge, en visionnant la RDP dudit Romedenne le mardi 8 octobre 2019 où le journaliste (?) étiqueté "grand reporter" fait la promotion du terme de "dénislamisme" inventé par l'éditorialiste du Figaro. Il fait une lecture quasi-exhaustive de cet édito, fustigeant ainsi à quatre mains l'Islam, accusé de faire le lit de l'islamisme, tant par les prédications de ses imams dans les mosquées de quartier que par la complaisance avec laquelle les media de gauche comme les institutions évitent de reconnaître ce qui serait une évidence.

Ainsi, Patrice Romedenne assure que le dénislamisme est un concept "promis à un bel avenir" (sic), tant il qualifierait avec justesse le grave danger qui menacerait notre belle République et notre mode de vie occidental. L'Islam, voilà donc l'ennemi. Ne pas le reconnaître, c'est, au choix, affaire d'aveuglement - dans le meilleur cas - ou pire : de volonté de ne pas faire de vagues, pour protéger son avancement, lorsqu'on est fonctionnaire et qu'on ne veut surtout pas dénoncer le comportement inquiétant d'un collègue radicalisé...

Comme si cela ne suffisait pas à enfoncer encore un peu plus le clou de l'islamophobie ambiante et à flatter les peurs que nos gouvernants ne cessent d'agiter devant l'opinion des bons électeurs, histoire de montrer que le RN n'a pas le monopole en cette matière, voilà notre bon Romedenne qui remet une couche le lendemain, en évoquant (rapidement) la réponse de Laurent Joffrin dans Libé à l'édito de la veille, pour mieux relayer la réponse à la réponse, toujours à la Une du Figaro du 9 octobre. Non, décidément, le dénislamisme n'est pas une invention de la droite radicale pour dire autrement que l'Islam est l'ennemi de la République. C'est au contraire - toujours selon le nouvel édito du Figaro et toujours lu presque intégralement par la bouche du chroniqueur de France Info - la seule façon de parler du grave danger que représente l'Islam des banlieues, dont ni les media ni les institutions ne veulent reconnaître la réalité.

Passe encore que Patrice Rommedenne fasse partie des habitués de la table de François de Rugy au temps béni où ce dernier l'invitait à ses fastueux dîners de l'Hôtel de Lassay pour "parler de l'actualité". Mais que ce journaliste pétri d'opinions se mue ainsi en portefaix de la presse de droite en se parant des oripeaux de la neutralité et, pire encore, enseigne dans les écoles de journalisme - la déontologie, sans doute … - voilà qui a de quoi se mettre à douter de l'objectivité des media de service public. Et ça, c'est pour le moins préoccupant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.