françois vitrani
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mars 2009

françois vitrani
Abonné·e de Mediapart

Jack Vanarsky

françois vitrani
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Moi je ne suis pas mort parce que comme j'ai toujours sur moi un petit carnet et un crayon pour tout noter, si cela m'était arrivé, je l'aurais noté." Macedonio Fernandez.

Jack Vanarsky, génial artiste argentin de Paris, créateur d'une oeuvre parmi les plus originales et poètiques de l'époque, est mort brutalement le 15 février 2009. Mais comme il n'avait rien noté sur son petit carnet, pour nous il reste vivant.

Jack Vanarsky est né en 1936, à General Roca, en Argentine. Il fréquente des ateliers de peinture et fait des études à la Faculté d’Architecture de l’Université de Buenos Aires.

En 1962 il s’établit à Paris. En 1965 il crée ses premiers mobiles figuratifs. Il est co-fondateur du Groupe Automat qui exposera à la Biennale de Paris en 1967, et à l’Espace latino américain de Paris en 1980, avec Arthur Luiz Piza.

Son œuvre Livremonde réalisée en 1992 pour l'Exposition Universelle de Séville sera exposée entre autres à la Cité des Sciences et de l’Industrie du Parc de La Villette, et à Polytech en 1994 (exposition itinérante de l’Ecole Polytechnique).

Il obtiendra le premier prix du Prix de peinture et sculpture Maison de l’Amérique latine – Fondation Fortabat, en 1994.

Ses œuvres se trouvent dans plusieurs collections publiques et privées (Fonds National d’Art Contemporain, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Cité des Sciences et de l’Industrie de la Villette, Musée Frans Hals de Haarlem, etc.).

Depuis 1980 il était membre de l’Ouvroir de Peinture Potentielle.

Samuel Beckett vu par Jack Vanarsky.

" L'artiste, grand maître de son style, nous fait rêver à des apocalypses douces et à de souples tremblements sur l'échelle de Richter de notre imaginaire." Pierre Restany.

« Les corps lamellés virent en ruisseau. Les têtes sont striées de sources tremblantes. Les pieds immobilisent le chemin. Ce qui est mouvement tourne à la fixité. Ce qui est fixe vous hèle comme un incendie lointain. » Edouard Glissant

Toporgraphie, triptyque. 1998

Medium, bois, mécanisme électrique.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT