L'exécution sommaire du crocodile de Tunis

Un crocodile a été tué mardi dernier à Tunis. Jardin du Belvédère. Le Temps commente que l’incident du crocodile tué par des visiteurs nous a renvoyé à la violence dans le pays et cette impression que nous avons de la voir s’amplifier après le 14 janvier, jour de la révolution...

Un crocodile a été tué mardi dernier à Tunis. Jardin du Belvédère. Le Temps commente que l’incident du crocodile tué par des visiteurs nous a renvoyé à la violence dans le pays et cette impression que nous avons de la voir s’amplifier après le 14 janvier, jour de la révolution

L’animal a succombé à ses blessures après avoir reçu multiples coups de pierres. Le zoo du Belvédère est fermé provisoirement.

Certains disent que ce sont des jeunes qui ont fait le coup, m’explique Bahram. Mais moi je ne crois pas, il faut de la force pour lapider un crocodile. Et puis le crocodile c’est une chose, mais il y a aussi des étudiants qui sont montés sur le rhinocéros ! Ils se promenaient dessus. Va voir les images sur facebook !

C’est le boxon ce zoo. Le crocodile a été agressé mardi après-midi, et il n’a été découvert que le lendemain par le gardien. Ils ne sont que trois à travailler là, alors qu’ils devraient être une vingtaine. Le pauvre, il venait d'arriver, on avait pas de crocodiles avant lui!

En Tunisie, comme dans la plupart des pays arabes, on apprend dès le plus jeune âge à maltraiter les animaux, à brûler des chats, à leur jeter des pierres, leur couper la queue. Les animaux servent de défouloirs et de punching-balls.

Autre explication que j'ai entendue, la mort du crocodile pourrait correspondre à une croyance qui veut que si tu tues des lézards, tu marques des points pour ton entrée au paradis. Dans la tradiction c'est des petits lézards bien sûr ! Mais peut-être que les visiteurs qui ont tué le crocodile ont cru que c’était un lézard ! Ils se sont dits, c’est occasion de scorer un super bonus ! 10000 vierges de plus!

Et dernière piste que j’aime bien aussi, poursuit Bahram, c’est que timseh, crocodile en arabe, se dit pour les corrompus, les mecs au pouvoir, les gros patrons, les promoteurs. Les agresseurs auraient fait un genre de transfert psychologique en tuant la bête, pour se venger des puissants qui les gouvernent.

Une manifestation a été organisée ce dimanche matin afin de dénoncer le massacre du reptile, demander que le zoo soit réhabilité et non laissé en friche à l’appétit des promoteurs immobiliers, ces timseh à la peau dure.

Vite une blague, sorte de nokat égyptienne, s’est propagée dans les rues de Tunis : ne faudrait-il pas remplacer les manifs qui ont lieu chaque vendredi sous la bannière Qui a tué Chokri Belaïd ?, ce fameux chef communiste assassiné en février 2013 dans des circonstances douteuses, par la bannière Qui a tué le crocodile ?

Cette histoire me fait penser à une autre histoire, me dit Bahram, qui date de l’époque de Bourguiba.

Gafsa avait un zoo, et dans ce zoo il y avait un très beau lion, dont tous les habitants de Gafsa étaient fiers. Mais des années s’écoulent et le lion a vieilli, les enfants s’amusent de lui, lui tirent les poils de la crinière, jouent avec sa queue. Les habitants de Gafsa sont touchés par le spectacle du vieux lion, hier indomptable, réduit à une vulgaire peluche râpée. Ils vont trouver le gouverneur, car il faut faire quelque chose, le spectacle est vraiment lamentable. Une réunion est organisée. Le gouverneur et ses conseillers, après de longues heures de discussion, en viennent à une décision. Ils font vote l’achat d’un chien arabe (c’est-à-dire un bâtard des rues) pour défendre le lion aux abords de sa cage.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.