Françoise Dubosquet
Enseignante et chercheuse, Université Rennes 2, Espagne contemporaine
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 févr. 2019

L’Espagne n’intéresse-t-elle que dans ses faiblesses, et non dans sa dignité?

En lisant la presse espagnole hier soir et la « Dépêche du Midi » qui témoignaient de la visite du président de gouvernement espagnol à Montauban, Collioure et Argelès, je m’interrogeais sur le silence de nos médias nationaux.

Françoise Dubosquet
Enseignante et chercheuse, Université Rennes 2, Espagne contemporaine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En lisant la presse espagnole hier soir et la Dépêche du Midi qui témoignaient de la visite du président de gouvernement espagnol à Montauban, Collioure et Argelès, je m’interrogeais sur le silence de nos médias nationaux et, par curiosité ou triste confirmation, je zappais hier soir (au programme : gilets jaunes, voyage du coréen, chirurgie esthétique pour les 20 ans, et l’état de la neige !!). Silence…

Pas un mot, pas une image sur l’hommage du président du gouvernement espagnol au dernier président de la République espagnole au cimetière de Montauban, au poète Antonio Machado à Collioure, à ses compatriotes venus mourir sur cette plage d’Argelès. Pas de présence officielle au côté de Pedro Sanchez si ce n’est le préfet. Seule la revue de presse ce matin de France Inter le mentionnait et s’en inquiétait : l’Espagne n’intéresse- t- elle que dans ses faiblesses et non dans sa dignité ?

Pourtant dans cet hommage, le premier depuis la mort de Franco, d’un gouvernement ( PSOE) qui prend les mesures pour exhumer le corps du dictateur, augmente le SMIC de façon notable… ne méritait-il pas quelques secondes de notre temps ?

Certes, certains y verront les prémices d’une campagne électorale, d’autres se limiteront à l’irruption de Vox ou au "proces" pour clamer que rien n’a changé en Espagne depuis Franco. Je n’alimenterais pas ici les débats ou - non débats, d’ailleurs - qui frisent souvent la caricature ou le débat de sourds, hélas.  En dictature, on perd la dignité et en démocratie trop souvent la pudeur.

Peut être ne serait-il pas vain de rappeler que l’Espagne est une Démocratie et que cet hommage serait sans doute l’occasion d’explorer notre part d’ombre ? La non intervention en 1936, l’installation de camps de concentration (en ces temps de perte de sens, ne pas confondre avec camps d’extermination ! ce qui n’enlève rien à la souffrance et à la mort de ceux qui vécurent dans le sable, le froid, la faim aux portes de l’Espagne. Dans le second cas, l’objectif est juste clairement annoncé !).

« Sous les pavés, la plage » disait le mouvement de 68 et sous la plage d’Argelès, on peut y voir un cimetière d’illusions perdues ou un testament : celle de la dignité de ceux qui, grands ou petits, vieux et jeunes, célèbres ou anonymes, ont fui le fascisme, ont combattu dans les maquis pour vivre debout et, le temps passant, de guerre lasse, sont restés parmi nous.

C’est à eux que je dédie ce court texte, à tous celles et ceux qui ont apporté dans leur maigre bagage, leurs poètes, leurs espoirs et leur dignité (sans Paco Ibañez aurais-je appris mes premières poésies en VO !),  qui m’ont donné le goût de découvrir une langue, des cultures, un pays qui ont forgé mon âme d’hispaniste, mais encore à celles et ceux qui ont fait ce voyage à Montauban, Collioure ou Argelès 80 ans plus tard. Cette mémoire est aussi la nôtre.

Et, en ce 24 février 2019, sous le soleil, non de l’enfance mais du souvenir, entre le rouge, l’or et la violette, le message d’Azaña de 1938, « Paz, Piedad y perdón » s’impose plus encore comme une obligation morale envers les générations à venir de tirer les leçons du passé et de construire la paix. Le pardon n’est pas l’oubli, car l’oubli comme le dit le poète* n’a rien à voir avec « hier » mais avec le renoncement à une exigence éthique. Le pardon est une arme d’avenir, comme peut l’être un poème :

Les lieux sacrés nous permettent de vivre /l’histoire de tous à la première personne. /Les fleurs sur la tombe de Machado /imitent la couleur d’un drapeau /sacrée de ma mélancolie (…)

Comme il est difficile le destin /des peuples qui vivent protégés/ par la miséricorde d’un poème./Comme elle est difficile l’ultime/ solitude de Machado.  Luis García Montero*, Collioure.

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech