Et si nous parlions du travail

«Travailler plus pour gagner plus» a été un slogan très efficace de Nicolas Sarkozy pendant la campagne des présidentielles. Très efficace auprès des électeurs un peu éloignés du travail.

«Travailler plus pour gagner plus» a été un slogan très efficace de Nicolas Sarkozy pendant la campagne des présidentielles. Très efficace auprès des électeurs un peu éloignés du travail. Mais pas du tout auprès des salariés concernés . Car jamais, je n'ai rencontré au cours de mon activité professionnelle (je suis médecin du travail), un ouvrier ou un employé convaincu par ce slogan. Et pour cause, comme l'avait justement remarqué un salarié "travailler plus, mais on est déja au taquet !! ..." . La suite , vous la connaissez, beaucoup travaillent plus mais peu gagnent plus. Et la santé des salariés continuent de se dégrader de plus belle : stress au travail , accidents du travail , maladies professionnelles...

 

Néammoins, si ce slogan a fait mouche , et c'est toute l'habileté de Nicolas Sarkosy, c'est qu'il a remis sur la table la question du travail dans le débat public . Et qu'il a été le seul à en parler. Même s'il n'a tenu aucune promesse. Et que ce sujet est essentiel pour une majorité d'entre nous. Depuis des années , le Parti Socialiste est d'un silence assourdissant sur la question du travail . Alors que ce serait à lui de porter ce sujet . Alors que son slogan devrait être "Travailler mieux pour gagner mieux" . Mais rien . Le vide.

 

Ségolène Royal a été la seule responsable politique à prendre la mesure de la gravité des "désordres du travail " comme le dit fort justement P. Askénazy, un économiste . La Région Poitou-Charentes mène un certain nombre d'actions dans les domaines de la santé au travail et du dialogue social : forum participatifs, financement d'une étude sur les maladies à caractère professionnel, cofinancement d'une étude sur la santé mentale au travail à partir de l'ouverture d'une consultation "souffrance au travail , cofinancement de l'étude EVREST, opération cinéma à 1 euro dans toute la région du 1 au 15 février 2009 avec le film de Jean Michel Carré "j'ai très mal au travail" , cofinancement de l'ARACT Poitou-Charentes, financement d'actions menées dans le cadre du dialogue social autour des conditions de travail.

 

Mais aujourd'hui, il reste encore beaucoup à faire car c'est tous ensemble, que nous devons faire de cette question du travail un des chantiers prioritaires du progrès social .

 

Santé au travail , cogestion, organisation participative du travail, régles de métier, bel ouvrage, limites de productivité ... le "droit à être heureux au travail " pourrait être la prochaine utopie de la gauche car le travail reste - et je le dis haut et fort - le principal moteur d'intégration , et de réalisation de soi.

 

En ce début d'année, j'ai pris la résolution de mettre sur le papier quelques unes de mes réflexions après plus de 20 années d'expérience professionnelle dans le monde du travail . Pour que cela change.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.