Francoise Mesnard
élue Région Poitou-Charentes
Abonné·e de Mediapart

52 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juil. 2010

Francoise Mesnard
élue Région Poitou-Charentes
Abonné·e de Mediapart

Escroquerie à la pénibilité au travail

Soumettre la cessation anticipée d'activité à la reconnaissance d'une maladie professionnelle, avec un taux d'incapacité permanente partielle (IPP) de 20 %, tel que le propose le gouvernement dans son projet de réforme des retraites, est la pire des injustices.

Francoise Mesnard
élue Région Poitou-Charentes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Soumettre la cessation anticipée d'activité à la reconnaissance d'une maladie professionnelle, avec un taux d'incapacité permanente partielle (IPP) de 20 %, tel que le propose le gouvernement dans son projet de réforme des retraites, est la pire des injustices. A ce niveau là d'incapacité, les salariés concernés sont atteint d'un tel handicap qu'ils sont condamnés à une retraite douloureuse. Ils ne seraient plus au travail de toute façon.

Le projet est injuste car il fait totalement l'impasse sur l'atteinte à l'espérance de vie du fait des expositions professionnelles passées. Les connaissances scientifiques et les rapports accumulées ces dernières années ont montré que cela concernait les expositions à des cancérogènes, le travail de nuit et le port de charges lourdes. Si l'on peut considérer que les cas les plus sévères de salariés soumis à cette dernière catégorie de contraintes seront réglés par le dispositif du gouvernement, il n'en est rien s'agissant des deux premières. Pourtant, il est tout à fait possible de repérer ces salariés et de leur accorder une bonification de leurs années d'exposition - par exemple une année de moins de cotisation par tranche de dix ans d'exposition - calculée au vu de la reconstitution de carrière et en dehors de tout avis médical. L'exposition à des cancérogènes ou le travail de nuit ne provoque pas de stigmates physiologiques détectables par un médecin.

Le projet est injuste car il va demander aux salariés de travailler plus longtemps sans prendre en compte un phénomène connu : avec l'avance en âge les problèmes de santé surviennent de façon plus fréquente et rendent le travail plus pénible. Permettre à chacun, en fonction de son état de santé de mener une activité professionnelle adaptée est possible. Encore faut-il prévoir un dispositif d'accompagnement des salariés malades, comme une réduction du temps de travail avec maintien de salaire.

Enfin, le travail peut être pénible à cause du stress lié aux modes d'organisation du travail. Vouloir faire travailler les salariés plus longtemps sans proposer un plan de prévention ambitieux de ce fléau n'est pas raisonnable.

(Article de Françoise Mesnard, médecin du travail paru dans la Revue "Santé et Travail" de juillet 2010)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano