Michel Jeury

J'avais rencontré Michel qui logeait dans une pièce glacée dans un manoir délabré à Issigeac, Dordogne. Il était gardien de cette maison de maître que nous avions louée comme décor principal du tournage. Il passait sa journée sur sa vieille machine à écrire. Discret, modeste, solitaire, il ne roulait pas sur l'or. Il m'intriguait, c'est en lui tirant les vers du nez que j'ai découvert l'écrivain.

J'avais rencontré Michel qui logeait dans une pièce glacée dans un manoir délabré à Issigeac, Dordogne. Il était gardien de cette maison de maître que nous avions louée comme décor principal du tournage. Il passait sa journée sur sa vieille machine à écrire. Discret, modeste, solitaire, il ne roulait pas sur l'or. Il m'intriguait, c'est en lui tirant les vers du nez que j'ai découvert l'écrivain. Récemment sortie de l'IDHEC, je démarrais comme première assistante sur une fiction de Jean-Pierre Gallo avec Philippe Léotard. Nous sommes restés en contact, j'avais adoré "Le temps incertain". 

Jean-Pierre Gallo, nommé responsable d'une unité fiction à Antenne 2 en 1981, a commandé un film de science fiction à Jean-Claude Guidicelli, réalisateur talentueux et mon compagnon d'alors que je lui avais présenté, et à Michel Jeury. Le film s'appelle "L'île bleue". J'en ai un super souvenir, j'aimerais bien le revoir, les personnages se regardaient manger dans un écran posé comme une assiette sur la table... Ils ont écrit le livre édité sous le même nom. Lors du tournage à Paris, nous avons convaincu Michel de venir jouer un petit rôle. C'était un évènement pour lui, monter à Paris, pas question de prendre l'avion et le train une expédition. Il écrivait des romans intergalactiques de sa campagne sans en bouger. Il était paralysé par la grande ville, il portait son argent collé à son torse. Par la suite, nous avons écrit Michel et moi un synopsis sur un nez, mais cela n'a jamais abouti... Il vient de mourir à 80 ans à Issigeac.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.