La retraite aux flambeaux !

Voilà une philippique, forcément injuste, tournée vers mes camarades de la fonction publique, et plus généralement vers les travailleurs !

Bon, je sais que vous n'avez pas besoin de retraite, parce que le patron est déjà trop bon de vous donner un salaire quand vous travaillez... Alors, pensez, vous payer lorsque vous êtes au repos ! Donc, cette petite vidéo en lien ne vous fera pas lever la paupière...

https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=jOWiiKAbeDk&fbclid=IwAR1oDkdULBZbvBSVXljXxxo5bJzhveNnZ-NSuctsxmhG5LsIUvT48ZX6Bso

Retraite par points : la CGT donne son avis ! © UFSE CGT

Ce qui est bien avec cette vidéo, c'est qu'on sait combien on va perdre en tant qu'enseignant... En tant que travailleur (j'ai dit un gros mot)...

Vous avez déjà avalé le jour de carence, les gels successifs de l'indice, vous allez dire amen à l'école de la confiance (rien que le nom m'amuse...), vous accepterez la deuxième heure supplémentaire (merci, patron !), vous avez dit "ok, chef!" aux conseils pédagogiques dans les collèges et lycées (le kohlanta de l'éducation), vous avez accepté sans sourciller la précarité,  et tout ça sans vous syndiquer ni faire grève (et pis, ça sert à rien ! C'est pour les archaïques qui ont obtenu les conquis sociaux...dont nous jouissons sans entrave mais que nous perdons les uns après les autres sans bouger le petit orteil. Et pis, faut laisser s'épuiser les derniers convaincus du syndicalisme, qu'on ira chercher pour de l'aide lorsqu'on sera bien au fond du trou, tout seuls), vous n'avez rien dit contre les lois "travaille et tais toi !" (parce que c'est pour le privé... On va quand même pas se bouger pour les petits camarades...)... Vous n'avez pas "convergé" le 5 février 2019 pour déborder le pouvoir ultralibéral en place : on est si bien assis le cul dans la chaise de la salle des personnels. Et puis, c'est si comique de voir les autres se battre pour vous. Suave mari magno...

Eh bien, il ne reste plus qu'à attendre "la fin", avec un salaire de plus en plus étriqué et des conditions de travail dégradées,  la retraite aux flambeaux (funèbres), si vous vivez jusque là (parce que pour avoir la retraite pleine et entière, va falloir bientôt vivre plus longtemps que Jeanne Calment)...

Ne reste plus que le "bas peuple", vêtu de chasubles jaunes (quelle couleur !), esseulé, éperdu, qui a perdu la conscience de classe (malheureux !), et qui se réveille tardivement, aveuglé par la lumière blanche des taxes... Lui aussi a perdu les références politiques et idéologiques : il est travaillé par la misère et le populisme. Mais aussi par le goût de la lutte, par la volonté d'en découdre... Bref, de l'obscurité et de la nuit mêlées.

Je sais, le propos est acide, ça pique.

François Poupet.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.