Le Leader Guillaume Soro bat les records de mobilisation des Ivoiriens à Paris!

La Crush Party des partis, associations et mouvements proches de Guillaume Soro a rassemblé près de 800 personnes dans le 13ème arrondissement de Paris. La Salle Seven Spirits de la rue Sainte-Hélène a refusé du monde. Lawrence Atilade nous résume l'événement historique.

LES IVOIRIEN(NE)S DE LA DIASPORA EUROPEENNE "CRUSHENT" GUILLAUME SORO A PARIS

 

gks-crushant-a-paris-1

 

            La mythique salle Parisienne du " Seven spirits" a refusé du monde en ce samedi 10 Août 2019. Et pour cause, Guillaume Kigbafori Soro, le Président du Comité Politique de Côte d'ivoire y était.

Après avoir patiemment prospecté  (deux mois durant), cent-treize (113) villages dans le grand Nord du pays, l'enfant terrible de la politique ivoirienne entreprend une tournée internationale du pardon et de la réconciliation.

Dans un concept original et atypique dénommé "Crush party", tous les militants Soroistes d'Europe ont été conviés à communier avec le leader générationnel, à la rue saint Hélène.

En effet, pour la première fois dans l'histoire politique de la Côte d'ivoire, des partisans contribuaient financièrement à l'organisation d'une cérémonie politique.

Environ 11.500 Euros ont été récoltés sur un objectif de 10 000 Euros prévu au départ via Gofundme, une plateforme numérique de collecte de fonds.

De par ce geste citoyen, les ivoiriens de France et d'Europe entendent participer pleinement à la révolution de la démocratie participative, à l'instar des grandes démocraties du monde.

A ce "Crush de Paris" dans lequel tous les Soroistes étaient invités à s'amuser entre eux, par eux-mêmes et pour eux mêmes, tout en méditant sur les défis qui se pointent à l'horizon, le député de Ferké s'est voulu on ne peut plus clair sur sa vision pour une Cote d'ivoire retrouvée.

Tout au long de cette soirée de convivialité agrémentée d'échanges bon-enfant, Guillaume Kigbafori Soro s'est longuement appesanti sur les déclarations du RHDP concernant les taux de croissance fallacieux affichés à tous les coins de rue d'Abidjan et aux yeux du monde entier.

Pour lui, ce sont des "Fla-Flas", autrement dit, des étalages prétentieux et ostentatoires visant à occulter la misère des ivoiriens.

Vis à vis de ceux qui doutaient encore de sa capacité de projection, l'ex-PAN s'est voulu catégorique et rassurant :

"Un enfant qui reste dans la maison de son père à 47 ans, est un vaurien". "Je n'irai demander à personne la permission pour être candidat »

Comme pour dire qu'il a franchi un cap. Il a décidé de prendre son destin entre ses mains et d'assumer ses responsabilités devant l'appel de l'histoire à la présidentielle de 2020.

C'est pourquoi à partir de "septembre-Octobre, quelque chose va se passer. Les choses doivent changer en Cote d'ivoire".

Lui, le précurseur du message du pardon, a également fustigé la mauvaise foi dont fait preuve le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix, dans les blocages du processus de réconciliation, à l'ouverture et au dialogue franc.

Il préfère encourager tous les enfants de la Côte d'ivoire à se parler comme Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié au delà de leurs divergences.

De l'avis de tous les Crusheurs et Crusheuses venus massivement, après les trois premières éditions qui se sont déroulées en Cote d'ivoire de Décembre 2017 à Octobre 2018, cette quatrième édition a eu une saveur spéciale qui restera à jamais gravée dans les marbres des mémoires politiques.

Tous les observateurs avertis de la scène politique sont unanimes à le dire, eu égard au succès retentissant de cette rencontre intelligente, qui n'est ni une scène d'exhibitionnisme, encore moins un culte de la personnalité.

Elle est plutôt révélatrice de la dimension de l'Homme Guillaume Soro dans son être, sa manière d'être et de faire.

C'est sur une note de gaieté teintée d'espoir que les Soroistes ragaillardis se sont retirés, en attente des orientations imminentes sur les prochains Crushs en Suisse, en Italie, en Angleterre, et aux Etats-Unis.

 

assemblee-crush-de-paris

Lawrence Atilade

Doctorant en sciences politiques.

SG de l’AIA GKS

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.