Burkina Faso: La justice militaire entérine le refus de la réconciliation du pouvoir

Le Tribunal militaire de Ouagadougou, composé de soldats ayant eux-mêmes activement cautionné les deux précédents coups d'Etat militaires d'octobre et novembre 2014, perpétrés par le général Nabéré Traoré et le Lieutenant-Colonel Zida, vient de condamner à de lourdes peines des officiers accusés d'avoir perpétré le coup d'Etat de septembre 2015. Ubuesque.

Putsch manqué du Burkina Faso : Le verdict

 

 Publié par "Les Justiciers du Net"

le 3/09/19

Presque quatre ans après les faits, les verdicts et condamnations du procès du putsch manqué du Burkina Faso sont tombés. Nos sources nous ont fait parvenir le rendu de la justice burkinabé que nous vous partageons ici. Certains noms que nous avons plusieurs fois entendu dans les écoutes téléphoniques diffusées précédemment sur cette page, nous sont aujourd’hui familiers.  À l'issu de ce procès, la justice burkinabé a reconnu :

 

  • Coupable de trahison :
    • Le général de brigade Yipené Djibril Bassolé
  • Coupables d’attentat à la sûreté de l’État :
    • Le général de brigade Gilbert Diendéré
    • L’adjudant-chef Moussa Nébié dit Rambo
    • Le capitaine Abdoulaye Dao
    • Le caporal Massa Saboue
  • Coupable de complicité de dégradation volontaire aggravée de biens :
    • L’adjudant-chef Moussa Nébié dit Rambo
  • Coupables d’incitation à commettre des actes contraires au règlement et à la discipline :
    • Le général de brigade Gilbert Diendéré
    • L’adjudant-chef Moussa Nébié dit Rambo
    • Le capitaine Abdoulaye Dao
  • Coupables de meurtre :
    • Le général de brigade Gilbert Diendéré
    • L’adjudant-chef Moussa Nébié dit Rambo
    • Le capitaine Abdoulaye Dao
  • Coupables de coups et blessures volontaires :
    • Le général de brigade Gilbert Diendéré
    • L’adjudant-chef Moussa Nébié dit Rambo
    • Le capitaine Abdoulaye Dao

 
En répression, le tribunal les a condamnés à :

  • cinq (05) ans de prison dont quatre (04) ans assortis du sursis pour le caporal Massa Saboue ;
  • dix (10) ans de prison fermes pour le général de brigade Yipené Djibril Bassolé ;
  • onze (11) ans de prison fermes pour le capitaine Abdoulaye Dao ;
  • dix sept (17) ans de prison fermes pour l’adjudant-chef Moussa Nébié dit Rambo ;
  • vingt (20) ans de prison fermes pour le général de brigade Gilbert Diendéré.

 
En plus de leur condamnation à des peines de prison fermes, les deux généraux et certains militaires ont été déchus de leurs décorations et médailles de différents ordres nationaux du Burkina Faso :

  • Le général de brigade Gilbert Diendéré : Commandeur de l’Ordre National
  • Le général de brigade Yipené Djibril Bassolé : Grand Officier de l’Ordre National
  • Le capitaine Abdoulaye Dao : Médaille d’Honneur Militaire
  • L’adjudant-chef Moussa Nébié dit Rambo : Médaille Militaire et Officier de l’Ordre du Mérite

 
Selon le code de procédure pénale burkinabé, ces accusés condamnés à une peine privative de liberté non couverte par la détention provisoire ont été immédiatement écroués en exécution de leur jugement de condamnation. Néanmoins, leurs avocats ont annoncé leur intention de faire appel de ce verdict.

 

D'autre part, vous vous souviendrez que nous avons été contraints d’arrêter la diffusion des écoutes téléphoniques de personnalités ivoiriennes impliquées dans ce pustch. Ce sont notamment :

  • Alassane Ouattara, président de la République;
  • Hamed Bakayoko, ministre d’État et ministre de la Défense;
  • Téné Birahima Ouattara, ministre des Affaires présidentielles;
  • Le général Diomandé Vagondo, chef d’État-major particulier du président Ouattara;
  • Le général Soumaïla Bakayoko, chef d’État-major des armées;
  • Le général Gaoussou Soumahoro, commandant des Forces terrestres;
  • Le colonel Zakaria Koné.

 

 

 

 

 

Les Justiciers du Net - Pensez à vous abonner à notre site.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.