Journée internationale de la femme africaine (31 juillet 2016)

Femmes, Femmes africaines, Debout! Plusieurs organisations de femmes africaines ont décidé de réhabiliter le 31 juillet, journée internationale de la femme Africaine. Journée, à l'origine de laquelle fut Awa KEITA, première femme députée de la Fédération du Mali en 1959.

Et résistante, aux côtés de Modibo KEITA, contre le colonialisme français.

Cette journée fut ensuite promulguée officiellement par l'ONU et l'OUA le 31 juillet 1962. À cette occasion, des femmes de tout le continent africain se sont réunies à Dar Es Salam (Tanzanie) et ont créé la première organisation de femmes du continent : La Conférence des Femmes africaines (CFA).

La célébration de cette journée demeure banalisée et cantonnée à quelques déclarations des organisations internationales, sans écho auprès des peuples africains notamment des femmes.

C'est pourquoi nous souhaitons faire du 31 juillet une journée de célébration populaire.

Une journée de connaissance de l'histoire du continent africain et de la part prise par les femmes dans cette histoire;

Une journée de combat et de résistance à toutes les forces qui empêchent le développement et le progrès de l’Afrique.

Cette situation doit changer.

Les  femmes africaines peuvent accoucher d'un autre monde, d'une autre Afrique

D'ores et déjà, des femmes comme Winnie MANDELA,  Simone GBAGBO, Aminata TRAORE et bien d'autres moins médiatisées continuent de montrer la voie.

Le premier acte que nous appelons à poser, c’est l'exigence de la libération d’EHIVET Simone GBAGBO, injustement condamnée à 20 ans de prison.

Le deuxième acte est l'organisation d'un Colloque sur "le refus ou la peur du leadership féminin en politique" avec la participation des femmes de France et des femmes venues du continent, telles Marie Angélique Savane, Marie Louise Eteki.

 Nous vous invitons au grand  rassemblement des femmes, et des femmes africaines.

Venez nous donner votre avis et faire vos propositions :

 DIMANCHE 31 JUILLET 2016 à 14hParvis des droits humains. Métro Trocadéro (Paris).

---------------------------------------
Contacts Femmes en résistance: 06 69 49 40 06//06 77 04 47 90

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.