FOOTBALL : Pour une nouvelle répartition des droits TV de Ligue 1

TROP C'EST TROP ! Les clubs de football Français ont subi une débâcle dans les compétitions européennes qui met en lumière les symptômes de la mauvaise passe du championnat de France: Stades vides, Scores peu prolifiques, qualité de jeux affligeante,... Il est temps pour la LFP d'utiliser son principal levier pour remonter le niveau du championnat: La répartition des droits TV!

Le Constat

TROP C'EST TROP ! Les clubs de football Français ont subi une énième débâcle dans les compétitions européennes. En mettant de côté le PSG, les résultats en phase de groupe des clubs Français pour cette saison 2019/2020 sont affligeants:

  • 3 Victoires, 8 Nuls et 13 Défaites dans les phases de groupes pour Lyon, Lille, Saint-Etienne et Rennes.
  • Sans oublier Strasbourg, éliminée prématurément en barrage par une très bonne équipe de l'Eintracht Francfort. 
  • Au côté du PSG, seul Lyon a atteint les 1/8 de finale de sa compétition cette année.

Si la Ligue des champions et l'Europa League peuvent être considérées comme un benchmarking de la qualité des équipes de football européennes, l'indice UEFA des clubs est son meilleur indicateur: Plus un club gagne et avance dans la compétition plus son indice UEFA est élevé. Et à ce titre les clubs Français font pâle figure depuis des années. Sur leurs 30 dernières participations, presque une participation sur deux est une catastrophe :

  • 3 éliminations en phase de barrage
  • 6 éliminations sans une seule victoire en phase de groupe
  • 5 éliminations en phase de groupe.

Ce constat à la lumière des réseaux-sociaux est cruel : Le championnat de France est une "Farmers League"...

Indices UEFA des clubs français au 13/12/2019 Indices UEFA des clubs français au 13/12/2019

 

L'indice UEFA des clubs français n'est qu'un des symptômes de la pauvreté actuelle de notre championnat dont les résultats de Paris et de Lyon dans une moindre mesure ne sont qu'un trompe l’œil. Les autres symptômes étant visibles lors des journées du championnat de Ligue 1 :

  • Stades peu remplis (Taux de remplissage moyen de 72,5% pour la saison en cours*)
  • De nombreux scores vierges ou peu prolifiques (30% de matchs finissent en 0-0 ou 1-0) 
  • Tactiques de jeu frileuses (8,2 tirs cadrés par match sur la saison en cours*)
  • Pelouses en mauvais état (Voir l'article de BFMTV
  • Matchs rugueux (3,5 cartons jaunes par match et 1 carton rouge tous les 4 matchs*)

Pour améliorer la qualité de jeu du football Français et améliorer les résultats des équipes Françaises en coupe d'Europe, la LFP doit utiliser son principal levier pour remonter le niveau du championnat : La répartition des droits TV !


 La répartition actuelle

Or cette répartition est actuellement corrélée uniquement au classement final et à un indicateur de popularité qui n'a que peu de chance de varier (les équipes des grandes villes sont et seront toujours les plus populaires). Cette répartition n'incite pas les équipes au changement et à l’amélioration de leur état d'esprit. Les clubs et les entraîneurs avec une philosophie défensive seront réconfortés dès lors qu'ils auront un peu de résultats. Il sera toujours plus bénéfique pour un club de finir 7ème avec 30 buts marqués que 11ème avec 58 buts marqués (Voir Nice et Strasbourg lors de la saison 2018/2019). De plus, la faiblesse des primes TV en Europa ligue n'incite pas les clubs à jouer réellement cette compétition. Finir dans les 5/6 premières places "Européennes", sans jamais passer les phases de groupes rapportera plus que jouer à fond l'Europa League au risque de ne pas être "Européen" l'année suivante.

Ainsi comme on peut le constater dans le document mis à disposition sur le site de la LFP (voir ici), les droits TV de la Ligue 1 sont répartis  selon 3 critères:

  • À parts égales pour 47% (Part fixe + Licence club)
  • Selon le seul classement sportif à 28%
  • Selon le nombre d'apparitions dans les premiers choix des diffuseurs à 25% (Ex : Match du dimanche soir)

Avec cette répartition les 6 premiers clubs du championnat ont reçu plus de 47% du montant global distribué, sans avoir à briller dans les compétitions européennes de l'année suivante. Et les 6 clubs suivants ont reçu plus de 15% du montant total sans pour autant avoir le plus participé à la beauté de la Ligue 1.

Répartition Droit TV Ligue 1 2017/2018 © FRED ANDRE Répartition Droit TV Ligue 1 2017/2018 © FRED ANDRE

 

Lors de cette saison 2017/2018, une équipe comme l'EA Guingamp a été particulièrement remarquée de part sa pelouse(meilleure de l'année), son fair-play (Meilleure équipe avec 2 rouges et 63 jaunes), ses tribunes remplies et animées (Taux de remplissage de 78% et 4ème au championnat des tribunes) et par son nombre de buts inscrits (9ème attaque) mais n'a pourtant pas été récompensée avec sa 12ème place et se retrouve maintenant en ligue 2.

Ainsi, Il ne faut pas récompenser les clubs sur le seul critère du classement mais introduire les autres notions du "plaisir de jeu". Dans cet état d'esprit, la LFP a créé des championnats "annexes" pour promouvoir le spectacle : Championnat du fair-play, championnat des pelouses, championnats des tribunes, classement des attaques,... Il faut féliciter la LFP pour cette démarche mais elle doit aller plus loin en incluant ces résultats à la répartition des droits TV à la fin de saison. Attiré par la seule chose qui fasse vraiment bouger les choses, l'argent, on pourrait espérer une vraie évolution des clubs de notre championnat.


 Proposition de répartition

Ainsi il serait intéressant de répartir les droits TV selon 4 critères distincts. :

  • L’équité sportive : Les droits TV doivent être répartis en grande partie de manière égale afin d’assurer l’équité sportive entre des clubs n’ayant pas les mêmes ressources que ce soit en terme de marketing ou de recette de billetterie. Le classement final doit apporter un bonus de classement mais ce dernier doit être raisonnable.
  • Le spectacle : Une partie non négligeable des droits TV doit récompenser les efforts des clubs pour apporter un meilleur spectacle. Les principaux axes de récompenses doivent se baser sur : le Fair Play, l’ambiance dans les tribunes, l’état des pelouses, le nombre de but marqués (voir encaissés).Et pour cela la LFP pourra s’appuyer sur le travail qu’elle a déjà effectué.
  • La notoriété internationale : Ce critère doit constituer un bonus auprès  des clubs participants aux coupes d’Europe afin que le championnat de France puisse rayonner comme il se doit. Mais ce bonus doit, au moins en partie, être conditionné à de bons résultats en coupes d'Europe.
  • Aide à la transition : Comme c’est le cas en Angleterre, les clubs relégués en deuxième division (synonyme de moindres revenus) doivent pouvoir bénéficier d’un « parachute » leur permettant un « atterrissage » en douceur. Il en ira de même pour un club ayant participé régulièrement aux coupes d’Europe mais n’ayant pas réussi à atteindre une place Européenne une année donnée.

Proposition de répartition sur une hypothèse simplifiée de 1 Mds € sur les 1,153 des droits TV vendus sur la période 2020-2024 Proposition de répartition sur une hypothèse simplifiée de 1 Mds € sur les 1,153 des droits TV vendus sur la période 2020-2024

  Avec cette nouvelle répartition,

  • Les clubs qualifiés pour les compétitions européennes seront dans l'obligation de faire un résultat minimum pour obtenir leur prime entière. Cela les incitera plus fortement à "jouer" ces compétitions et donc à faire briller le championnat de France au niveau européen et mondial.
  • L'ensemble des clubs auront un intérêt supplémentaire et pécunier à faire briller la Ligue 1 par le spectacle sur le terrain et dans les tribunes.

En transposant cette répartition aux résultats de la saison 2017/2018, on peut la juger réaliste et en adéquation avec les objectifs dictés précédemment :

  • Les équipes reléguées bénéficieraient d'une plus grande part en prévision de leur descente en deuxième division
  • Les mauvais parcours européens de Monaco, Marseille et Bordeaux seraient sanctionnés (et n'auraient peut-être pas eu lieu si une incitation financière était présente)
  • A contrario, les clubs ayant effectués un bon parcours Européen seraient récompensés à l'image du Stade Rennais.
  • La répartition serait plus égalitaire entre le plus petit et le plus gros revenu : Le PSG toucherait 2,83 fois ce que touche Toulouse au lieu de 3,61.
  • La répartition serait beaucoup plus égalitaire entre les clubs "européens"
  • La répartition serait beaucoup plus égalitaire entre les clubs non-"européens" et récompenserait le contenu des matchs plus que le résultat.

Exemple globale répartition 2017/2018 © FRED ANDRE Exemple globale répartition 2017/2018 © FRED ANDRE

  *Source LFP.fr au 13/12/2019 (17ème journée)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.