Fred Clarke
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mai 2019

Fred Clarke
Abonné·e de Mediapart

Commémoration à Mauthausen, la mémoire sélective de l’état espagnol.

"Vous m’avez fait honte!", c’est avec ces mots et toute sa colère que Robert Badinter s’adresse à la foule qui vient de huer l’arrivée de François Mitterand à la commémoration de la rafle du Vel d’Hiv en 1992. Cette honte est la même que peut inspirer l’incident qu’a créé la ministre de la justice espagnole lors de l’hommage rendu par la Generalitat de Catalunya aux déportés de Mauthausen.

Fred Clarke
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dimanche 5 mai, en Autriche sous le ciel gris de Mauthausen, Gemma Domenech, directrice de la mémoire démocratique de la Generalitat de Catalunya, termine son discours devant la plaque de  l’institution Catalane rendant hommage aux déportés parmi lesquels figurent 1800 catalans. Une plaque inaugurée il y a deux ans par Raül Romeva alors conseiller catalan aux affaires étrangères. Depuis, le référendum catalan et la riposte judiciaire de l'état espagnol sont passés par là et Romeva, dont le procès se tient actuellement à Madrid, en est à plus d'un an et demi d'incarcération. Dans ces circonstances, difficile pour Domenech de ne pas évoquer le sort de celui qui deux ans auparavant se tenait à sa place et des autres dirigeants catalans emprisonnés. Mais pour cela, comme tous les indépendantistes (et beaucoup de catalans), elle utilise à leur sujet le terme de "prisonniers politiques". Cette mention aurait pu passer inaperçue et la commémoration suivre son cours si à cet instant Dolores Delgado, la ministre  de la justice espagnole, dont la présence n’était pas indispensable, puisque la plaque commémorative était une plaque au nom de la Generalitat et qu’une officielle catalane était sur place, n'avait choisi de quitter les lieux en signe de protestation. Car, pour elle comme pour le gouvernement qu’elle représente, et bien que les tribunaux de plusieurs pays européens aient désavoué les chefs d’inculpation visant les élus indépendantistes, ces derniers ne sont pas des prisonniers politiques.

Evidemment, il n’en fallait pas plus pour que la sphère unioniste et nationaliste espagnole, à travers la presse et les réseaux sociaux, s’empare de cet incident et s’adonne à son activité préférée dès qu’il s’agit de la Catalogne: la déformation et la manipulation. "Honteux" pour les uns, "lamentable" pour les autres, il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que les reproches violents pleuvent sur Domenech et que cette dernière  ne soit accusée d'instrumentaliser la commémoration ou de comparer le sort des déportés à celui des actuels prisonniers catalans, ce qui, de quelque façon qu’on le regarde, n’a jamais été son propos.

Bien sûr, on peut légitimement se poser la question de savoir s’il était judicieux de sa part d’évoquer les prisonniers catalans à ce moment et à cet endroit mais puisque cet épisode nous amène à nous questionner, on peut surtout se demander comment une ministre espagnole peut se rendre à Mauthausen pour déposer une gerbe en hommage aux espagnols déportés là-bas (républicains pour la plupart) quand le parlement espagnol a refusé en 2017 de leur accorder la reconnaissance juridique et de les réhabiliter?  Aujourd’hui encore, ces hommes et ces femmes en exil et déportés pour avoir fui ou combattu le franquisme sont donc toujours considérés comme apatrides par l’Espagne. Comment, quand on représente un état dans lequel un dictateur allié d’Hitler repose toujours en paix dans un mausolée tout à sa gloire (nombre de visite en hausse de +33% cette année), financé par l’état (340 000€ d’argent public par an en moyenne) et qu’il bénéficie même d’une « fondation » à son nom, ne ressent-on pas qu’aller à Mauthausen est une insulte à ses victimes? Comment enfin, alors que l’Espagne en 2019 compte encore le plus grand nombre de fosses communes au monde derrière le Cambodge ainsi que de nombreuses rues, places ou monuments à la gloire de Franco, de son régime, de ses dignitaires ou de la Division Azul (dont les hommes ont combattu aux côtés des nazis sur le front russe), le gouvernement espagnol ne réalise-t-il pas l’indécence qu’il y a à envoyer un représentant dans un tel lieu de mémoire? 

Comme le montre l’excellent documentaire "Le silence des autres ", les cicatrices de la guerre civile et de la dictature espagnole sont loins d’avoir disparues et l'improbable  stratégie de l’oubli promue pendant la « transition » est un échec cuisant. Les républicains (Catalogne en tête) confrontés  depuis 40 ans à la bienveillance de la droite espagnole et de la monarchie envers le franquisme et son "héritage" n’ont pas pu oublier. Le franquisme quant à lui, puisqu’il n’a jamais été ni jugé, ni accusé de rien, n’a pas eu à le faire et peut tranquillement célébrer aujourd’hui l’entrée au parlement de Vox et de ses 24 députés. Dans ce climat et face à un avenir où les nuages s’accumulent pour l'Espagne, si comme l'a dit Robert Badinter dans la suite de son allocution au Vel d'Hiv, "les morts nous écoutent", le mieux  aurait certainement été de faire silence et de les laisser reposer en paix. Mais, si d’aventure une ministre comme Dolores Delgado devait les obliger à se réveiller en créant le type d’incident qu’on a vu dimanche à Mauthausen, le minimum serait que le pays qu’elle représente ne leur crache pas en plus à la figure.

Addenda (4/06/2019): Depuis la parution de cet article l'état espagnol a décidé à travers une circulaire de protéger par la loi les personnes et les groupes d'idéologie nazi. LeTribunal Suprême  de son coté vient de paralyser l'exhumation des restes de Franco et de le reconnaitre comme chef de l'état trois mois après son coup d'état contre la République en 1936 et alors que la guerre civile débutait...Enfin, le groupe de travail sur les détentions arbitraires de l'ONU a demandé à l'Espagne, la libération et le dédommagement des élus catalans incarcérés selon lui de façon arbitraire...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas