España Global, la guerre sale de l’état espagnol contre l’indépendantisme Catalan.

Pour atténuer l'effet sur l'opinion des images de sa police agressant de civils désarmés ou les dérives de son système judiciaire, l’état espagnol a décidé de créer un outil de propagande censé lutter contre ce qu’il qualifie de désinformation de la part des indépendantistes catalans. Mais aujourd'hui on peut se demander si le remède n’est pas pire que le soi-disant mal qu’il prétend combattre.

 19 septembre 2019, Palais du Luxembourg, Irene Lozano, Secrétaire d’état pour España Global, déroule comme elle le fait partout où elle se rend son argumentaire contre les indépendantistes catalans. A l’entendre, cet indépendantisme serait un mouvement populiste qu’on pourrait comparer a celui  de Matteo Salvini puisqu’il serait «lié aux peurs identitaires» ou encore né des « peurs face à l'incertitude économique qui ont jeté les populations dans les bras de ce nationalisme anti-européen ». Heureusement, ce jour-là sont présents de nombreux sénateurs tous signataires d’une pétition en soutien aux prisonniers catalans qui, forts de leur connaissance de l’actualité et de la réalité de la vie politique espagnole, ont vite rappelé à Ia secrétaire d’état espagnole son absence totale de crédibilité  et la teneur mensongère de ses propos. 

En effet la Catalogne qui, il faut le rappeler était en 1978 une des autonomies espagnoles qui a le plus voté en faveur de la Constitution et a joué à plein jeu de la transition démocratique, pendant que certains de ses cousins basques jouaient la carte du terrorisme, ne s’est pas découverte indépendantiste du jour au lendemain. De même les Catalans n’ont pas décidé de prendre leur destin en main en raison de « peurs » ou des « conséquences de la crise économique de 2008 » qui a effectivement favorisé la naissance de mouvements populistes en Europe. Non, si les Catalans ont décidé de se constituer en République indépendante, c‘est avant tout pour répondre aux coups de butoirs portés à leurs droits et au virage centraliste d’un état espagnol longtemps aux mains de la droite conservatrice. Ainsi si Mme Lozano, comme de nombreux politiques espagnols, rappelle à qui veut l’entendre que le référendum sur l’indépendance de la Catalogne a violé la loi autonomique, elle oublie d’expliquer que le statut actuel de l’autonomie catalane ne correspond pas à celui voté légalement par les Catalans, mais qu’il a été décidé par un tribunal constitutionnel dont les décisions ont plus l’aspect d’arbitrages politiques que de sentences juridiques. 

En effet en 2006, comme la loi les y autorise, les catalans ont bien voté lors d’un référendum légal et autorisé sur le statut de leur autonomie. Le résultat de ce référendum, a bien été validé par le Parlement Catalan puis validé par le Parlement Espagnol ainsi que par par le Roi. Malgré cela, il ne sera jamais appliqué puisque mis en pièce par un tribunal aux membres désignés et qui officie chaque jour un peu plus comme une troisième chambre dans la vie politique espagnole. Une situation qualifiée, dans les colonnes du journal El Pais par le professeur de droit Javier Perez Royo  de véritable coup d’état et qui est, pour beaucoup d’observateurs ,la cause réelle de la crise de confiance et de la volonté de rupture avec Madrid pour les Catalans. Un constat confirmé par le professeur d'histoire contemporaine a l'Université de Lille Stephane Michonneau au cours d'un entretien publiée sur le site Politika

Qualifier les indépendantistes Catalans, qui ont demandé à de nombreuses reprises l’arbitrage et l’aide de Bruxelles d’ « anti-européens », est là aussi une ineptie dont Mme Lozano ne peut ignorer la teneur mensongère. La participation aux dernières élections européennes qui a, une fois de plus, été en Catalogne une des plus importantes d’Espagne en témoigne à elle seule. Evidemment, constater que, face à ce qu’ils considèrent une injustice dans la crise qui les oppose à Madrid, Bruxelles reste silencieux suscite de l’incompréhension chez ces européens convaincus. Tout comme constater que les seuls euro-députés qui ne peuvent pas siéger sont les 4 élus Catalans génère une énorme frustration chez les plus de 2 millions d’électeurs ayant voté pour eux. De nombreux catalans ne comprennent pas non plus pourquoi leurs élus ont été bannis du groupe européen Alde (maintenant Renew Europe), alors que les députés du parti national-populiste Ciudadanos qui a signé de nombreux accords avec l’extrême droite un peu partout en Espagne, en font toujours partie. Malgré cela leur foi en l’Europe et leurs profondes convictions européennes ne sont jamais remises en cause et pour eux Bruxelles fait partie de la solution.

Enfin, que dire de la comparaison des indépendantistes Catalans avec le populisme et la xénophobie d’un  Matteo Salvini, quand on sait que le 11 septembre dernier, à l’occasion de la fête nationale catalane, le parlement de Catalogne à majorité indépendantiste a décerné après un discours poignant de Pep Guardiola, sa distinction la plus haute au fondateur d'Open Arms et à la capitaine allemande  du Sea Watch, Carola Rackete? Avec de telles insinuations, comment la secrétaire d’état espagnole peut-elle être aussi loin de la vérité?

11 septembre 2019. Ceux qu'Irene Lozano et España Global veulent faire passer pour des nationalistes xénophobes comparables a Matteo Salvini, remettent la medaille d'or du parlement catalan a la capitaine du SeaWatch et au fondateur d'Open Arms. 11 septembre 2019. Ceux qu'Irene Lozano et España Global veulent faire passer pour des nationalistes xénophobes comparables a Matteo Salvini, remettent la medaille d'or du parlement catalan a la capitaine du SeaWatch et au fondateur d'Open Arms.

Mais pour Irene Lozano ou son ministre de tutelle Josep Borrell , la vérité ne semble pas être une fin en soi. Ainsi a t'on pu voir ce derniers quitter le  plateau de la renommée émission allemande ""Conflict Zone en accusant le  journaliste Tim Sebastian de « mentir continuellement » alors qu’il était simplement confronté à des données factuelles sur la volonté des espagnols de voir leur constitution réformée

Profitant d’une méconnaissance flagrante de la vie politique espagnole à l’étranger, ils déroulent leur argumentaire fallacieux et diffament sans sourciller les élus catalans et leurs 2 millions d’électeurs. Ainsi, España Global fait feu de tout bois pour « véhiculer une image positive » de l’Espagne à l’étranger, qu’il s’agisse de performances sportives, d’enquêtes, de  statistiques. Mais elle omet habilement de mentionner tout ce qui pourrait aller à l’encontre de l’image de cette  Espagne fantasmée et de cette réalité parallèle.

Qu’importe que le groupe de travail sur les détentions arbitraires de l’ONU ait, dans son rapport demandé à l’Espagne la libération et le dédommagement des prisonniers Catalans ou que le Fédération Internationale pour les droits de l'homme ait noté des irrégularités majeures pendant ce procès. 

Qu’importe qu’en Espagne la justice prennent des airs de tribunaux politiques et que les peines encourues et la diligence avec laquelle sont traités les dossiers passent d’une extrême à l’autre, selon que vous soyiez de jeunes basques pris dans une embrouille de bar avec des Guardia Civils en repos à Alsasua (1doigt cassé, entre 3 et 12 ans de prison) ou une personne affichant des convictions d’extrême-droite, un groupe de Guardia Civils accusés de viols ou de trafic de stupéfiants, ou encore un homme politique corrompu. 

Qu’importe qu’au cours d’écoutes authentifiées, on entende un ministre de la justice en fonction demander à un de ses subalternes de monter des fausses affaires sur les leaders catalans ou ses opposants politiques et qu’après « le parquet arrangera ça » ( « La fiscalia se lo afina ») .

Qu’importe en effet, puisqu’ España Global est là pour expliquer que les experts de la Commission de l’ONU ne comprennent rien à rien, qu’ils sont manipulés ou qu’il existe un conflit d’intérêt mais sans évidemment jamais le démontrer et en se gardant bien de mentionner le cas quand Mme Lozano se rend en visite aux Nations Unies (à ce jour l’Espagne reste le seul pays européen à n’avoir pas respecté la décision de ce groupe de travail). 

Qu’importe en effet, puisque España Global expliquera qu’au contraire en Espagne la justice est indépendante et que le pays est tellement exemplaire qu’il est un des moins sanctionné par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, omettant évidemment d’expliquer qu’il n’est membre de cette structure fondée en 1959 que depuis 1979, évitant ainsi toutes  les condamnations plus que probables durant les 20 années de Franquisme! 

Il est impossible de traiter ici tous les exemples qui illustrent la partialité du propos d’España Global mais, alors que le verdict du procès des leaders Catalans est attendu pour ce lundi 14 octobre, cet organe qui bénéficie d’un budget considérable intensifie son offensive et a déjà préparé son argumentaire. S’appuyant sur ses ambassades, ses consulats, mais aussi sur de nombreux relais faisant du lobbying dans les médias pour véhiculer la version espagnole de la crise catalane, les équipes de Mm Lozano ont créé un dossier de 70 pages, véritable petit fascicule de propagande destiné aux différentes chancellerie et diplomates espagnols. Son but est de fournir clé en main, les réponses et  les éléments de langage afin d’anticiper les réactions des médias internationaux, face aux possibles scènes de protestations et de répressions qui risquent d’apparaitre en Catalogne des la publication du verdict. 

Car, même masquée par la tragédie qui se joue aujourd’hui au Kurdistan, la Catalogne va réapparaître ces prochains jours dans l’actualité et il sera plus que jamais l’heure pour les lecteurs, auditeurs et téléspectateurs de se demander qui sont les personnes, qu’elles soient universitaires, journalistes ou politiques qui donnent leur avis sur les ondes dans les journaux ou sur les plateaux. Sont-elles des spécialistes avertis qui comme  Stephane Michonneau essaient de donner un avis objectif et éclairé sur la crise catalane, ou sont-elles la voix d’España Global, un organe conçu pour la  propagande et le lobbying et dont la diffamation et la désinformation sont, comme on l’a vu, les outils principaux? Enfin, au delà de toutes ces questions, l’existence même et la mission d’España Global devrait amener tous les observateurs à se demander pourquoi l’Espagne doit, si elle est bien la démocratie consolidée et l’état de droit quelle prétend être, passer autant de temps et dépenser autant d’argent pour essayer de le prouver au reste du monde?

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.