38ième semaine, du 23 au 25 septembre

Fin de semaine, l'autre moitié de la poire... avec la queue, pour le plaisir de radoter!

Vendredi 23 septembre

Point final de l’affaire Kerviel, c’est à voir… Huit ans de procédure pour enfin reconnaitre la responsabilité de la Sté Générale. C’est une honte, le calvaire subit par Kerviel, sa condamnation pénale demeure et ça lui coûte en quelque sorte une amende d’un million qui ne saurait couvrir les dommages et encore moins les intérêts sur 5 milliards ! Une farce, une punition pour un employé performant, aux ordres des rapaces bancaires. Dans cette ténébreuse affaire, c’est la justice qui est coupable de ses nombreux manquements de procédure et ce jugement tend à la dédouaner de toute faute. Reste à savoir si l’Etat va récupérer les 2,2 milliards donnés par Sarko en 2008 ?.

Samedi 24 septembre

Tartarin n’est pas de Tarascon mais de Montfrin. Des contes et des histoires d’Alphonse Daudet, celle de Tartarin est très proche de la réalité puisque « Tartarin » a bien existé en la personne de Henry Reynaud, son cousin germain. Avec cependant une entorse à la réalité puisque le célèbre chasseur de lion et de casquettes n’était pas de Tarascon mais d’origine nîmoise, ayant habité 35 ans la petite ville gardoise de Montfrin. A l’origine, Daudet avait appelé son plaisantin de héros : Bartarin, patronyme d’une famille locale qui n’apprécia guère d’être ridiculisée par le poète et l’actionna en justice ! Il a donc suffit de changer le B en T pour réparer l’outrage et l’éditeur parisien trouva que Tarascon avait plus d’impact que Montfrin !

Pourquoi cette anecdote aujourd’hui ? pour fuir les radoteurs, pour fuir une info répétitive où chacun apporte son grain de sel de Camargue. Occasion aussi de rejoindre mes amis de la « Fédération Daudet » en visite à Montfrin, découvrir sa vieille ville, ses monuments, son château célèbre, élevés le long de la rivière le Gardon, enjambée par le Pont du Gard, pour finir son périple dans le Rhône tout proche.

560px-montfrin-chateau-1-50

Le Château de Montfrin, propriété privée

où vécu Pierre Mendes-France.

On y cultive 120.000 oliviers et 85 hectares de vignoble.` 

Dimanche 25 septembre

Papa, pourquoi tu tousses ? En cet après-midi de fin septembre, on ne tousse plus dans Paris intramuros. Et pourtant l’initiative de madame le maire de supprimer quelques heures les bagnoles en fait tousser plus d’un. Jamais contents les grincheux, les consommateurs de kleenex exposés aux effluves des polluants atmosphériques. 2500 Parisiens meurent, paraît-il, chaque année la bouche forcément ouverte à force de rouspéter. Donc mourir quand les poumons lâchent, c’est la panacée, on ne souffle plus, on ne crache plus, on n’éternue plus dans l’assiette d’à côté, on ne souffre plus d’un tas de maladies induites par l’air que l’on respire, on n’emmerde plus soin voisin par d’interminables quintes de toux. Et c’est tout ça de gagner pour la sécurité sociale. La droite du conseil municipal souffre de la coqueluche que l’on perçoit dans les travées de la mairie à la décision irrévocable de piétonniser la voie Pompidou. « En marche » dans Paris, un slogan à la mode, inventé par le Judas dont les cars enfument l’hexagone ! Vaste sujet que la pollution, elle nous agresse de toute part, elle se veut morale, politique, bien pensante, religieuse, elle nous crève les tympans au propre et au figuré et, admettons-le, elle nous fait tousser.

Cette semaine, j’ai eu de multiples raisons de toussoter en lisant les articles de MDP, par exemple les mauvaises conditions de fin de vie dans les maisons de retraite, de vrais mouroirs ; sur la pédophilie de Di Falco obérée par ses copains les évêques, à croire qu’ils le sont tous ; l’hypocrisie des politiciens de l’opposition qui se pressaient autour de Hollande aux Invalides pour enfin reconnaître la responsabilité de la France dans l’abandon des harkis d’Algérie. Comble de saillie de Marine Le Pen qui va jusqu’à suggérer d’octroyer la Légion d’honneur aux survivants !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.