freddes
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mars 2016

Le cas SAPAG: tous en slips?

Bien qu’il possède tous les ingrédients pour susciter une indignation générale, trop peu de voix s’élèvent pour relayer le combat des ouvriers de l’usine de Ham. Le cas SAPAG permet de mettre en lumière ce qui s’apparente à une profonde hypocrisie lorsqu’il s’agit de défendre le fameux «made in France», qu’on nous sert à toutes les sauces depuis maintenant quelques années.

freddes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est deux semaines avant Noël que les ouvriers de l’usine Pentair-SAPAG de Ham apprennent la nouvelle : la direction du groupe souhaite délocaliser leur usine. C’est la stupéfaction, et il y a de quoi. L’usine est pourtant rentable et a même atteint des objectifs supérieurs à ceux escomptés, avec notamment 60 millions d’euros en trésorerie et une marge brute de 18 %. Ajouté à cela un million d’euros d’aide versé par un pouvoir dit de gauche via le dispositif du CICE, la nouvelle est difficilement digérable. Même les chantres de la “mondialisation heureuse” éprouveraient les plus grandes peines pour nous faire avaler la pilule. Qu’importe, tout est envisageable pour satisfaire l’actionnariat, cette entité sans nom et sans visage, à qui il est donc difficile de mettre une bonne baffe.

Rachetée il y a deux ans seulement par la multinationale Pentair, la robinetterie picarde SAPAG est réputée dans son domaine. Pentair fait ici coup double en mettant également la main sur de précieux brevets industriels. SAPAG peut en effet faire valoir une expertise reconnue dans le monde entier, qui a notamment servie à l’élaboration complexe de circuits d’eau potable dans des villes comme New York ou Hong-Kong. Un savoir-faire utile donc, dont nous pouvons être fier. 

Dans un autre genre, connu pour la protection d’un autre type de robinetterie, le succès de la startup «Le Slip Francais» a fait grand bruit. Il est difficile de ne pas avoir entendu parler de la success story de cette entreprise. Fondé par un séduisant entrepreneur issu de la Haute Ecole de Commerce, une sorte de petit Emmanuel Macron bien propre sur lui, le Slip Français cartonne et on nous le fait savoir ! Bien entendu, on ne peut que se féliciter du rayonnement qu’il a su amener sur un savoir faire aussi valorisant et utile, à savoir la fabrication du «slip qui sent bon» (sic).

Du “made in france” beau, propre et sexy comme ça, on en redemande

On n’ose imaginer la levée de boucliers potentielle si l’on apprenait le rachat par le groupe GAP de cette marque et la délocalisation de ses usines. Des manifestations de solidarité auraient lieu devant la boutique rue Vieille du Temple, tout le monde mettrait la main au portefeuille pour s’offrir un slip de la marque (comptez tout de même 30 € pour une entrée de gamme). Non décidemment, les pouvoirs publics devraient agir pour défendre cette nouvelle victime du prédateur qu’est le capitalisme financier ! 

Nous avons donc d'un côté une usine employant presque 200 personnes, dont l'expertise apporte une indéniable valeur ajoutée à la communauté, et de l'autre, une startup qui fabrique un slip qui sent bon. Comment justifier rationnellement un tel écart de traitement ?

En attendant, la liste des victimes réelles, elle, s’allonge tous les jours. Un million d’emplois industriels ont été supprimés en France depuis 15 ans. A ce rythme la, on finira tous en slip, et ce sera du Tati.

Finissons sur une note positive

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié