A l'ombre du Nouveau Monde...Episode III

Les légendes ne meurent jamais. Et avant de rentrer dans les combines et mettre en exergue les liens entre le Nouveau et l'Ancien Monde, il me semble judicieux de poser le paysage...Et ses acteurs...C'est sans doute nécessaire. Pour qui connait l'Ile-de-France, il ne sera pas difficile de mettre des noms...Pour les nouveaux lecteurs, reprenez l'ordre chrono.

UN NOUVEAU MONDE ET APRÈS ? Épisode 3. Ainsi que nous l'avons vu précédemment certaines figures ont su prospérer très sereinement à l'ombre des Institutions. Intrigant. Manoeuvrant. Déployant leurs réseaux, ils ont construit des petits fiefs qui ont fait d'eux des acteurs de la vie publique mais des acteurs invisibles se nourrissant des services pendant plusieurs décennies.
Ainsi j'évoquais D. D est un homme d'autorité. Doté d'un physique de "para Colo" comme on disait autrefois, trapu, il porte beau son statut d'octogenaire avec cette autorité naturelle que les années ont renforcé. D est un hobereau qui évolue dans un univers d'intrigues depuis plus de 4 décennies.
Apres tt n'a-t-il pas mis en mouvement des hommes qui eux mêmes manipulaient des types comme Patrick Frescot, témoin clé de l'affaire Schuller. D dirige et gouverne des PME qui traversent le tps, sans que rien ne remonte à lui. Et sont devenues attributaires de marchés publics hors de proportion de leurs niveaux réels puisqu'elles font jeu égal avec les majors des Travaux publics.
Il se murmure même que D dispose d'un solide carnet d'adresse qui doit beaucoup aux années de services rendus. Mais la force de D n'est pas là. Sa grande force est d'être une plate forme anonyme. Un interface et un hinterland. Un lieu de compensation. Qui sait ce qu'il se passe derrière les murs de ses propriétés normande, du Val-de-Marne, landaise ou briarde? Qui pourrait croire que le gaillard au volant de son 4x4 avec ses chiens est un acteur incontournable ? Il n'est pas sans ressembler à ces industriels d'autrefois qui alimentaient le brasier de la vie politique. D'ailleurs, ne fait-il qu'y ressembler ? Les apparences sont pourtant trompeuses. Et les clients des restaurants auvergnats qui l'accueillent seraient supris.
Sa force c'est son silence. Y compris sur ses convictions afin de ne blesser personne. Comme tout seigneur médiéval, D avait besoin d'un homme de paille. Alors D à trouvé B. Une amitié construite dans la durée. A une époque où l'UNR n'était pas le RPR. Où la droite tenait le département, avant que celui-ci ne bascule. B dernier, lui, est médiatique. Au niveau local. Il réseaute avec les associations. Les collectivités. Ls élus. Emploi. Insertion. Il est de ttes les bagarres, de tous les combats. Avenant. Rond. Il dissimule même ses convictions derrière une jovialité qui est une façade cultivée que son dress code (blazer pantalon de flanelle) dévoile à demi-mot. B à été de ttes les intrigues. Depuis peu il est au centre de la plus grosse. Le chantier attendu. Il se dit même que certains montages patronaux ont été pensés...Pêché d'orgueil il semble jouir de son exposition médiatique. Tt le monde le croise et pense le connaître. Il est surprésent, sans que personne ne sache vraiment qui il est. En vérité tt est en ombré. Rien n'est gratuit. Et les services rendus se paient. Et le prix lui a permis comme à son patron et associé, son Don Quichotte, de placer dans de l'immobilier en Touraine le produit de ses affaires sans que ses interlocuteurs ne sachent ce qu'il pèse. La force du diable. Faire croire que l'on existe pas.
Comme D qui est plus proche du fantôme évanescent que de l'ombre que l'on devine. Son nom est murmure. Seuls eux savent exactement tous les services qu'ils ont rendus. À la cause. A leur cause qui est argent mais pas seulement.
Il est probable que son influence dépasse le cadre d'amitiés locales. Il faut élargir le champs. Dépasser Paris pour remonter plus au nord pour mesurer cet aura qui n'est qu'un souffle assez puissant pour mobiliser de vieilles amitiés.Derrière, je l'ai écrit, il y a quelques silouhettes qui nous renvoient aux années de Guerre froide sans que cela ne soit un point de clivage puisque les relations d'affaires réunissent adversaires et ennemis de cette Guerre froide.
Mais pour atteindre cet objectif il leur a fallu être discrets comme des marranes. Et pour cela, entreprises et élus leur en sont reconnaissants. 4 à 5 décennies de silence. Mais cela ne s'arrêtera pas. La filiation pour D est un poids et un héritage. C'est sans doute pour cela qu'il prépare la relève. Un nouveau tandem se lève... Bonne journée et lors du prochain épisode nous reviendrons à des choses plus matérielles...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.