Frédéric Saliba
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 août 2008

L’absence remarquée de la France à la Conférence internationale sur le Sida

La 17ème conférence mondiale sur le Sida s'est ouverte officiellement dimanche soir à Mexico. Jusqu'à vendredi prochain, 23 000 participants, chercheurs, médecins, représentants d'associations et autres personnalités internationales, débatteront ensemble des avancées et des défis pour enrayer l'épidémie.

Frédéric Saliba
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La 17ème conférence mondiale sur le Sida s'est ouverte officiellement dimanche soir à Mexico. Jusqu'à vendredi prochain, 23 000 participants, chercheurs, médecins, représentants d'associations et autres personnalités internationales, débatteront ensemble des avancées et des défis pour enrayer l'épidémie.« Mais où sont les représentants de la France ? », demande naïvement un des journalistes étrangers, venus en nombre assister à l’inauguration de l’événement. Depuis une semaine, les associations de lutte contre le Sida dénoncent l’absence de dirigeant français lors de ce rendez-vous mondial. Le 3 août dans l’Auditorium national de Mexico, les responsables politiques du monde entier défilent à la tribune pour inaugurer la conférence : Peter Piot, directeur d’ONUSIDA, Margaret Chan, directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé, Ban Ki-Moon, secrétaire général de l’ONU, Felipe Calderon, président du Mexique ou Maria Teresa Fernandez, vice-premier ministre d’Espagne, lancent un à un des messages d’espoir. Cette dernière est longuement ovationnée par la foule, après avoir annoncé 10,2 millions d’euros supplémentaires alloués par son gouvernement à ONUSIDA. Mais pas de déclaration française au programme. Le président Nicolas Sarkozy, comme son ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner, ou son homologue de la santé, Roselyne Bachelot-Narquin, ont décliné l’invitation. La France se désengagerait-elle du combat mondial contre le Sida ?Neuf jours plus tôt, l'association Act Up avait tiré le signal d’alarme pour fustiger une représentation française insuffisante à la première conférence mondiale sur le sida organisée en Amérique latine. « 8.000 morts par jour: Sarkozy est-il indifférent ou a-t-il peur de la colère des malades? », interrogeait alors Act Up dans un communiqué. « L'absence de haut responsable s'explique pour raison d’agenda », justifie-t-on à l’ambassade, avant de préciser que trois membres du ministère de la santé et Louis-Charles Viossat, ambassadeur français chargé de la lutte contre le VIH-sida, sont venus représenter l’hexagone. Du coup, seuls Le Monde, Libération, RTL et France Inter, ont envoyé des journalistes sur place alors que près de 3000 reporters étrangers couvrent l’événement. Pour Act Up, Louis-Charles Viossat, qui délivrera le message officiel de la France, « n'a aucun pouvoir de décision ou d'initiative ». L’association critique aussi la faible contribution financière du gouvernement français à la lutte contre l’épidémie, malgré sa promesse d’« assurer l'accès universel aux traitements contre le sida d'ici à 2010 ». Selon son site Web, la France y consacre 300 millions d’euros annuels alors qu’une somme trois fois plus importante serait nécessaire pour tenir ses engagements. « L’absence française est un scandale car votre pays dirige l’Europe. Le message d'un de vos dirigeants aurait eu une portée très forte », peste Mariana, membre de l’association mexicaine, Amigos con VIH.La conférence s’achèvera le 8 août prochain, jour du début des Jeux Olympiques de Pékin. Cette fois-ci, les dirigeants français, dont Roselyne Bachelot, seront du voyage.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann