Le Mexique autorise la mort assistée sous conditions `

Les Mexicains ont désormais le droit à une fin de vie décente. Mardi dernier, le Sénat a approuvé la "Loi générale de santé pour le droit à mourir dignement". Cette dernière autorise la mort assistée par l'arrêt des médicaments curatifs.
Les patients en phase terminale pourront ainsi demander à remplacer leur traitement par des médicaments contre la souffrance. Créés dans les hôpitaux publics, des comités de bioéthique se prononceront sur la demande du malade ou de sa famille, justifiée par un pronostic de vie de moins de six mois.

Déjà en vigueur dans la capitale depuis 2007, cette loi devrait être promulguée au niveau national dans les prochains mois.

« L’arrêt des traitements n’est pas assimilable à la mort provoquée médicalement », répète à qui veut l’entendre le chirurgien et sénateur Lazaro Mazon, du Parti de la révolution démocratique (PRD), à l'origine du texte. En effet, si décéder dignement est devenu un droit au Mexique, l'euthanasie reste, elle, prohibée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.