Qui sont les parrains d’Emmanuel Macron?

On glose beaucoup sur l’ampleur de l’hémorragie d’élus socialistes vers le mouvement En Marche ! Au-delà de quelques figures connues (Bertrand Delanoë, Claude Bartolone, Jean-Yves Le Drian) ou de ralliés de longue date (François Patriat, Gilles Savary, Christophe Caresche…) qu’en est-il pour des élus moins en vue et qui sont au juste les ralliés de gauche à Emmanuel Macron ?

La liste des parrainages d’Emmanuel Macron, non encore définitive, disponible et téléchargeable sur le site du Conseil constitutionnel[1], fournit à ce jour, une source intéressante. Elle compte 1266 parrains qui se décompose comme suit : 1040 maires (dont 32 maires délégués), 6 présidents de communautés de communes, 35 conseillers régionaux, 106 conseillers départementaux, 17 conseillers métropolitains de Lyon, 9 conseillers de Paris, 21 députés, 20 sénateurs, 3 parlementaires européens, 3 représentants des Français de l’étranger et 5 présidents d’assemblées d’outre-mer. Il n’est bien sûr pas possible de dresser un portrait complet et précis de ces signataires.

Une vue d’ensemble montre la prépondérance des maires (82,1%), très majoritairement ruraux. Ce trait n’est guère surprenant non seulement eu égard à leur nombre absolu, mais aussi au caractère très récent du mouvement d’Emmanuel Macron. Il est cependant intéressant de souligner que les maires urbains sont particulièrement peu nombreux. Si l’on met à part Gérard Collomb, le sénateur-maire de Lyon, qui a entraîné 17 conseillers métropolitains et un député du Rhône derrière lui, seul six maires de villes de plus de 30 000 habitants ont apporté leur parrainage à Emmanuel Macron : ceux de Besançon (PS), La Rochelle (DVG), Le Mans (PS), Auxerre (PS), Arras (UDI), Les Mureaux (DVG ex Verts). Bien que n'ayant pas apporté son parrainage, Philippe Saurel, le maire de Montpellier, est un ardent soutien de l'ancien ministre de l'Economie de François Hollande. On ne compte par ailleurs que quelques villes de plus de 10 000 habitants : Bagnols-sur-Cèze (DVG), Mayenne (DVG), Bailleul (DVD), Arques (DVD), Bully-les-Mines (PS), Autun (DVG). Sur l’ensemble de ces communes, 4 maires sont encore au PS, 3 sont UDI ou divers droite, le reste sont des maires divers gauche (dont 4 ont été exclus du PS pour dissidences électorales ou non paiement de cotisation[2] depuis 2012).

La répartition des conseillers départementaux fait de son côté apparaître l’apport important des départements de tradition radicale ou d’implantation récente et fragile du PS. Le Lot arrive ainsi en tête avec 11 parrains (plus de 10% à lui seul), suivi des Hautes-Pyrénées et du Puy-de-Dôme (6 chacun), de l’Aveyron (5), de l’Aisne et de l’Yonne (4 chacun), des Alpes-de-Haute-Provence et de la Charente-Maritime (3 chacun). Les bastions socialistes de la Gironde, de la Haute-Garonne, de l’Hérault, de l’Aude, de l’Ariège, des Landes, le Nord, le Pas-de-Calais ne comptent à ce jour aucun parrain conseiller départemental. Hormis la Mayenne, dont le sénateur Jean Arthuis soutient Emmanuel Macron (3 parrains), les conseillers départementaux centristes ne semblent pas s’être bousculés pour envoyer leur lettre de parrainage. Grosso modo les conseillers régionaux sont issus des mêmes territoires que les conseillers départementaux.

Si l'on observe la répartition géographique de l'ensemble des parrains, la carte est légèrement différente mais confirme le fort apport des zones de force du radicalisme. Emmanuel Macron a reçu en moyenne 12 parrainages par département. 60 départements se situent en-dessous de cette moyenne, 14 ont fourni entre 20 et 35 parrains. Parmi ces derniers, on trouve beaucoup de départements qui comptent de nombreuses communes, mais quelques uns font exception. Ainsi si la Côte d'Or première ex aequo avec le Lot avec 35 parrains compte 707 communes, le Lot n'en comporte que 326 et le Cantal (31 parrains) 247. De même on ne s'étonnera pas de trouver en quatrième position le Rhône (30 parrains) qui ne compte que 221 communes mais qui est le fief de Gérard Collomb, soutien de la première heure d'Emmanuel Macron. L'Isère voisin fait jeu égal avec le Rhône mais compte 526 communes. Les autres départements les plus généreux, sont dans l'ordre la Moselle (28 parrains pour 730 communes), le Pas-de-Calais (26 parrains pour 893 communes, le record de France), les Hautes-Pyrénées (25 pour 470 communes), le Calvados (24 pour 538 communes), la Somme (24 pour 776 communes) (département de naissance d'Emmanuel Macron), la Haute-Corse (23 pour 236 communes), le Puy-de-Dôme (23 pour 467 communes), la Charente (22 pour 394 communes) et la Haute-Garonne (20 pour 588 communes). Il est significatif qu'aucun département d'Île-de-France ne figure parmi les plus gros pourvoyeurs de parrainages. Quant aux départements bretons, zones de force du PS, ils se situent juste dans la moyenne.

Attardons nous plus particulièrement sur le cas des parlementaires. Ils sont 44 en incluant les parlementaires européens. On y compte 29,5% de femmes, un taux nettement supérieur au pourcentage de femmes parmi l’ensemble des parrains d’Emmanuel Macron (13,4%). La moyenne d’âge est en revanche très élevée : 64 ans. 4 députés ne se représentent pas en 2017 (4). Sur les 44, 26 sont encore membres du PS, 6 sont membres du parti radical de gauche (PRG), 6 sont divers gauche et ne siègent pas au groupe socialiste, 1 est écologiste (François de Rugy), seuls 5 appartiennent à l’UDI. On le voit ce sont surtout les parlementaires de la gauche modérée qui ont affiché leur soutien au candidat d’En Marche. On notera que parmi les divers gauche, 3 sont d’anciens membres du PS exclus pour dissidence tels Michel Berson dans l’Essonne ou Monique Iborra en Haute-Garonne. La benjamine, 45 ans, est Sophie Errante (Loire-Atlantique), cheffe d’entreprise, Secrétaire nationale du PS, chargée des TPE/PME (depuis 2015). Elle se caractérise par le fait d’avoir été battue aux municipales de 2014 tout comme le sénateur Maurice Vincent ancien maire de Saint-Etienne. L’hypothèse que certains parlementaires fragilisés par leur défaite aux municipales soient plus tentés que d’autres de rejoindre Emmanuel Macron pour sauveur leur siège n’est donc pas à exclure.

Ce rapide tour d’horizon, en attendant le bouclage à la fin de la semaine prochaine de la liste complète des parrains par le Conseil constitutionnel, montre que les élus socialistes, à ce stade, ne se sont pas bousculés pour afficher leur soutien à Emmanuel Macron. Moins de 5% de tous les parlementaires socialistes ont apporté leur parrainage, ce qui, bien sûr, ne présage en rien de la suite. Il indique aussi que les élus de centre-droit sont largement minoritaires parmi les signataires occupant les positions politiques les plus prestigieuses et les  plus influentes. Les radicaux de gauche sont bien plus nombreux à soutenir Emmanuel Macron que les élus de l’UDI, sans doute encore en position d’attente. Le portrait des parrains apparaît donc en décalage avec l’orientation de la campagne  adoptée par le candidat et avec la primauté donnée à François Bayrou et au MODEM.

 

 


 

[1] https://presidentielle2017.conseil-constitutionnel.fr/les-parrainages/tous-les-parrainages/

[2]http://www.midilibre.fr/2013/05/22/le-ps-gardois-reclame-12-000-eur-au-maire-de-bagnols,701389.php

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.