Michaël Levinas et Beethoven, toujours

Beethoven: Sonate pour piano n°1 en fa mineur, Op.2 n° 1 - Allegro © Michaël Levinas - Topic
Michaël Levinas publie ces jours-ci un nouveau livre passionnant: Beethoven, toujours (Le Cerf, 240 p. 18 €). Rappelons que cet éminent professeur, membre de l'Institut de France, est avant tout compositeur et pianiste-interprète. En compagnie de son épouse, Danielle Cohen-Levinas, il nous explique non seulement d'où lui vient la passion qu'il nourrit pour Ludwig, mais encore la richesse infini de ses partitions.

Beethoven: Sonate pour piano n°8 en ut mineur, Op.13 " Pathétique " - Rondo allegro © Michaël Levinas - Topic
Les correspondances proposées par Michaël Levinas peuvent étonner, mais toujours elles se révèlent pertinentes.  Ainsi du pont d'Arcole: " Il s'agit de la perception que je peux avoir du phénomène de la trouvaille, si caractéristique chez Beethoven, toujours liée à un bouleversement formel, à un phénomène de révélation, fait-il observer. Je rappelle que le Pont d'Arcole est un événement historique, une bataille qui semblait sans issue et sans résolution possible. En fait, pour dire les choses précisément, je fais référence à la manière dont Abel Gance, dans son film sur Napoléon, théâtralise le coup de génie du jeune caporal Bonaparte..." S'en suit de longs développements qui nous révèlent des mises en abîmes qui fonctionnent comme autant de fenêtres ouvertes sur le monde beethovénien.  Michaël Levinas explore, analyse, en plongeant dans une sonate - la deuxième ou la dernière, au début du livre- par des chemins détournés parfois- la description du piano que son premier maître, Lazare Lévy, choisit pour lui, permet d'appréhender les couleurs sonores de Beethoven.

Beethoven: Sonate pour piano n°29 en si bémol majeur, Op.106 " Hammerklavier " - Largo © Michaël Levinas - Topic
On aime l'esprit de ce musicien. Qu'il décrypte une modulation, qu'il décrive la structure d'une partition, cet homme de science et d'inspiration ne manque jamais de sourire. Et c'est ainsi qu'il nous montre en Beethoven un frère universel- et non le taciturne que nombre de gens s'imaginent encore, hélas. Michaël Levinas nous invite à partager sa philosophie. De la musique et de la vie.

A lire:

"Beethoven, toujours", par Michaël Cohen-Levinas, éditions du Cerf, 240 P. 18 €

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.