FREDERICK CASADESUS
Abonné·e de Mediapart

3892 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2015

Paley célèbre la musique

Le pianiste Alexander Paley s'est encore déchaîné, surpassé.

FREDERICK CASADESUS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© ptna

Le pianiste Alexander Paley s'est encore déchaîné, surpassé.

Le concert qu'il a donné se composait d'une première partie consacrée toute entière à Jean-Philippe Rameau- dont il vient d'enregistrer le deuxième livre des pièces pour clavecin, transcrites, pour le label La Musica. Précision chez lui ne rime jamais avec mécanique: une inspiration véritable guide ses doigts, le désir d'agencer un paysage l'emporte sur les rituels du solfège.

Après l'entracte, un déluge est tombé sur la salle Gaveau. Chacun se doutait bien, lisant le programme, que les folies de Liszt étaient conçues pour cet artiste. Mais à ce point...Dans ce domaine- on pourrait parler de secteur d'activité, comme autrefois les sidérurgistes lorrains, les mineurs du Nord, plongeaient dans le feu, dans le sol- on connaît trois catégories. Les pianistes qui privilégient le chant de la main droite parce qu'ils ne sont pas sûrs de leur puissance, les incapables qui noient les notes par un usage délirant de la pédale de réverbération, les autres enfin qui, rares aujourd'hui, dominent la technique en produisant cette émotion permanente que l'on appelle musique

Alexander Paley n'a pas laissé beaucoup de chance à son piano. Parfois, le billettiste se demandait si l'instrument n'allait pas s'effondrer, mais non...La maison qui fabrique ces machines a travaillé pour Horowitz et Richter alors...Alexander Paley s'est élevé jusqu'à ces cimes et le public était ravi.

Rendre compte d'un concert est-il aimable? On a l'air de dire: "Ah, si vous saviez comme le festin que vous avez raté nous a remplis de bonheur". On connaît plus judicieux, plus fraternel. Si nous nous nous résignons aujourd'hui à ce qui pourrait paraître une mauvaise façon, c'est pour encourager tout le monde à suivre Alexander Paley. Pour quelle raison n'est-il pas une vedette en France, où il vit une partie de l'année, tandis que les américains l'estiment au plus haut? Mystère. En tout cas, ne le manquez pas s'il vient à passer près de chez vous. Et puis même...Cinq cents kilomètres à pieds usent peut-être les souliers, mais ils permettent, à la fin des fins, d'écouter l'un des grands artistes de notre temps. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com