FREDERICK CASADESUS
Abonné·e de Mediapart

3933 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 déc. 2018

FREDERICK CASADESUS
Abonné·e de Mediapart

Correspondance de Ravel (II)

FREDERICK CASADESUS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ravel. Daphnis et Chloé, Suite N°2. NYP. Pierre Boulez. © melomania

Ouvrons l'ouvrage au 27 juin 1909. Maurice Ravel écrit à Marguerite de Saint Marceaux:

"Chère madame,

J'espère qu'on ne m'aura pas trop attendu aujourd'hui. Et pourtant, hier soir, j'avais bien l'intention de venir. Seulement, cette nuit, j'ai été malade à croire que j'allais y passer. Pas bien grave du reste; mais comme je suis rarement indisposé, au moindre accroc, je me figure que c'est la fin. Il faut vous dire que je viens de passer une semaine folle: préparation d'un livret de ballet destiné à la prochaine saison russe. A peu près tous les soirs, travail jusqu'à trois heures du matin. Ce qui complique les choses, Fokine ne sait pas un mot de Français".  

Au milieu de l'ordinaire des jours, voici la première allusion du compositeur à son chef d'œuvre pour orchestre: Daphnis et Chloé. Les saisons- russes ou pas- s'écoulent dans un labeur intense, et l'on sait qu'il faudra plus d'un an pour faire naître la seule bacchanale finale. Le 2 janvier 1912, Ravel, au détour d'une lettre, note - si l'on ose dire: "Je vous lâche, Ma Mère l'Oye me rappelle: une danse, des raccords. Et Daphnis qui n'est pas terminé! ".

Quelques jours après la première, qui eut lieu le 8 juin 1912, Déodat de Sévérac écrit à l'écrivain Cipa Godebski: " J'ai pu, d'une place cachée, entendre Daphnis. Je te charge de dire à Ravel, dont j'ai oublié l'adresse, toute ma joie et toute mon admiration pour cette œuvre ! C'est suave!" Ô, cet adjectif qui vous reste, bien après la lecture de la lettre. Il vient à l'esprit les danseuses, bijoux de pacotille et voiles aux hanches, invoquant le désir sous l'archet des violons. Ravel, à son zénith... (A suivre...)

A lire:

"Maurice Ravel, l'intégrale, correspondance (1895-1937)" éditions Le passeur, 1769 p. 45 €

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES