Correspondance de Ravel (III)

José van Dam; "Don Quichotte à Dulcinée"; (Orchestra); Maurice Ravel © liederoperagreats
Albert Roussel et Manuel de Falla, sollicitent comme ils peuvent, au printemps de l'année 1934, des informations sur leur ami. " Sans nouvelles précises sur l'état de santé de Ravel, écrit le compositeur espagnol, je vous prie de me les donner, n'osant pas lui demander directement. Vous savez bien à quel point sont vives mon affection et mon admiration pour lui". Nous ne connaissons pas la réponse de Roland Manuel, à qui la lettre était destinée, mais nous en savons trop bien le contexte, ses suites, et nous n'avons guère le désir de nous les infliger ce soir: un choc en voiture, les pertes d'équilibre, l'opération, la mort de cet homme si attachant... Vraiment, nous n'avons pas le cœur à nous les rappeler. 

Alors, en saumon joyeux, nous remontons le cours de cette belle correspondance:

" Cher vieux,

J'ai reçu votre carte, je vous embrasse en remerciant d'avoir pensé à moi. Dites-moi ce que vous devenez, je ne puis rien écrire ( car il y a trop de choses à dire)- sinon que pour le moment nous sommes tous en bon état et demeurons tranquillement dans la villa qu'occupait Ansermet. (...)

Je vous embrasse avec tendresse et bien affectueusement

Votre vieux"

La lettre, datée du 5 novembre 1914, est d'Igor Stravinsky. Pour cette missive et des milliers d'autres, le recueil paru aux éditions Le Passeur vous enchantera toute l'année qui s'annonce.  

A lire:

"Maurice Ravel, l'intégrale, correspondance (1895-1937)" éditions Le Passeur, 1769 p. 45 €

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.