Aldo Frank (1941-2021)

Nicole Croisille Vivement dimanche © CroisilleNicole
Ce sont des musiciens que l'on dit de l'ombre, parce qu'ils ne sont pas les vedettes; aux États Unis, c'est le mot de Sideman qui leur est accolé. Mais en vérité, ces artistes ont un rôle essentiel: sans eux, sans leur talent, sans leur solidité, l'artiste qui prend la lumière ne pourrait s'exprimer. Aldo Frank était de ceux-là.

Grâce à Serge Elhaïk dont le livre "Les arrangeurs de la chanson française" (Textuel, 2160 p. 55 €)  est une mine d'or que tout amateur doit posséder, nous savons qu'Aldo Frank s'appelait Eldo Papiri, qu'il avait commencé par accompagner Hugues Aufray, chanté quelques chansons - pas vraiment formidables autant le dire- avant de rencontrer Nicole Croisille dont il fut le pianiste jusqu'à la fin.

C'est la raison pour laquelle nous avons choisi cet extrait vidéo: vous pouvez suivre Aldo Frank dans ses œuvres, autrement dit constater qu'un pianiste accompagnateur est le rouage essentiel d'une prestation de music-hall. Nicole Croisille , remarquable professionnelle, soit dit en passant, n'a jamais manqué de dire combien le travail d'Aldo Frank était précieux pour elle. Notons au passage que le batteur  que vous voyez à l'écran se nomme Daniel Ciampolini et qu'il fut pendant des années percussionniste à l'Ensemble Intercontemporain, signe que l'éclectisme est aussi l'une de ses nombreuses et grandes qualités.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.