FREDERICK CASADESUS
Abonné·e de Mediapart

3998 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2012

FREDERICK CASADESUS
Abonné·e de Mediapart

Une semaine avec Annick Massis, I

FREDERICK CASADESUS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A l’occasion des deux concerts qu’elle donnera samedi et dimanche à Reims, la grande soprano française Annick Massis nous offre un peu de son temps.

L’éclat de son sourire et la simplicité de celle qui s’accomplit, voilà qui marque le visiteur au premier regard. Au fil de la conversation, se révèlent aussi la volonté, l’exigence, une attention qui n’interdit pas la rêverie. Mais foin d'analyse, il est temps d’amorcer le chemin.

«Ma mère était chanteuse d’opérette et mon père appartenait au chœur de radio France. Aussi loin que remonte ma mémoire, j’e crois que j'étais une enfant buvant les couleurs et les sons dans un théâtre, aime à dire Annick Massis. Je chantais tout le temps; la moindre voix, le violon même, inspiraient mes désirs.  Parfois, ma grand-mère paternelle me conduisait chez les voisins et me demandait : "s’il te plaît, veux-tu nous chanter "Vilja o vilja" de la "Veuve joyeuse?"». Annick a su très tôt ce que c’était que de rentrer sur une scène, d'avancer sous la bienveillance dorée des cariatides de stuc.

Mais ses parents, sans doute pour la protéger des incertitudes et contingences d’une carrière d’artiste, l’ont fermement  dissuadée d’apprendre la musique. « Je suis entrée à l’école normale, j'ai suivi des cours à l’université pour devenir enseignante, suivant l’exemple de ma grand-mère maternelle, se souvient la chanteuse. Mais j’écoutais les opéras, j’achetais les partitions…Comme on dit : c’était plus fort que moi. La personne avec laquelle je vivais m’a dit que je devais agir, alors je suis allée voir un professeur de chant qui dirigeait une master-class à Saint-Céré ». Le temps d’une audition, tout a vraiment commencé, devenir cantatrice était enfin possible.

A suivre…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon