Fragile Evans

Les gammes de Gil Evans, à la façon des pommes sures, offrent des voyages aux coques de sapin.

Le fils d'une cuisinière canadienne est né le 13 mai 1912- quelques semaines après la mort de son père. Un mineur, dont il prend bientôt le nom, traîne la famille en Californie. Là, durant les années vingt le jeune garçon se prend de passion pour le piano, le jazz et les singularités de l'harmonie- l'alliage des cuivres et des hautbois le fascine. Très tôt Gil Evans dirige des bands- plus ou moins big.

Une fois la guerre traversée- sans encombre, un de ces miracles dont l'histoire de la musique peut être reconnaissante aux tohus-bohus triomphants de l'Histoire- il devient l'arrangeur d'un trompettiste nommé Davis. La complicité des deux hommes est telle, que le fils de Gil se prénomme Miles. Après les années Cool et des enregistrements de légende, Gil Evans explore le free jazz ou Jimmy Hendrix. Il prend le visage d'un sage amérindien, souriant, le regard un peu perdu pourtant. 1988 met un terme à sa vie. 

La plainte lente des saxophones, à la semblance d'un bateau ivre, danse dans nos mémoires. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.