FREDERICK CASADESUS
Abonné·e de Mediapart

3933 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 nov. 2012

FREDERICK CASADESUS
Abonné·e de Mediapart

Une semaine avec Annick Massis, III

FREDERICK CASADESUS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lorsqu’elle était enfant, peut-être Annick Massis, au creux d’une forêt, murmurait-elle: « On dirait que je serais… » 

Formule d’alchimistes en herbe que les chanteurs et les comédiens conservent  comme un talisman. «J’ai tout aimé interpréter, reconnaît Annick Massis dans un sourire. Ma curiosité demeure. Alors, bien sûr, certains rôles m’ont profondément marquée, sans toujours que j’en comprenne les raisons. J’ai, par exemple, adoré chanter la comtesse Adèle du "Comte Ory". Ne demandez pas pourquoi, je l’ignore moi-même. Evidemment "Lucia"…Qui m’a accompagnée toute ma carrière ». Étonnante façon de parler des personnages, commune à ceux qui pratiquent ce métier. Quand on les écoute,  on imagine presque les costumes et les visages posés sur un sofa, dans les coulisses, attendant que la cantatrice leur donne vie. La conversation roule assez vite sur la reine de l’opéra : La Traviata.

« Qui n’aime pas se projeter dans cette femme aux diverses facettes? Interroge la soprano. Sur le plan théâtral, déjà, cette figure impose de plonger en soi-même, de regarder les gouffres qui nous menacent. Au plan vocal, Verdi permet d’exprimer tous les sentiments, drames et joies, d’une manière incroyable ». Il n’est pas facile de se lancer à l’assaut de Violetta. De très grandes chanteuses l’ont portée sur la scène. Mais ce n’est pas le genre d’Annick Massis de renoncer pour autant : « Ces interprètes légendaires offrent un écho personnel qui nous enrichit, nous oblige à rechercher le meilleur chemin pour accéder à une certaine vérité ». 

Les émotions que l’artiste peut ressentir atteignent une telle intensité qu’il faut recourir au paradoxe de Diderot pour ne pas tomber. Se regarder jouer, prendre du  recul. « La dernière fois que je l’ai chantée, c’était à Liège, au printemps dernier, sous un chapiteau, se rappelle Annick Massis. Je me trouvais à un mètre de l’orchestre, au point de percevoir chaque sonorité, la respiration des musiciens. Le public n’était guère plus éloigné. C’était à la fois formidable, une impression comme autrefois pouvaient l'éprouver les gens qui se produisaient dans les cabarets, mais cela m’a perturbée, parce que cette promiscuité m’invitait au mimétisme plutôt qu’à l’expression d’une singularité ». Tandis que la chanteuse évoque cette aventure, un soleil glisse au dessus du zinc, en douce, consolation matinale aux souvenirs chafouins.

A suivre…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org