« Heil Macron » ! La faute lourde...

On ne joue pas avec la représentation du bourreau des juifs, humiliés et gazés !

Quand un grand quotidien du soir, respecté et respectable, 

Le Monde pour ne pas le citer, commet l’inexcusable, 

 

Quand un grand quotidien respectable et respecté, 

Le Monde pour ne pas le citer, n’a pas le courage de l’assumer ! 

 

La manipulation, l’injure, la violence en sortent incitées, 

Contre un Homme qui justement combat les excès !

 

On ne joue pas avec la représentation du bourreau des Juifs, humiliés et gazés !

Comme on ne joue pas avec l’Arc de triomphe, souillé et tagué, 

Comme on ne joue pas avec la flamme du soldat un instant oublié ! 

 

Vous avez beau vous en défendre maladroitement, 

Messieurs Jérome Fenoglio et Luc Bronner, 

Vous comparez Emmanuel Macron Président, 

A l’image tutélaire, du dictateur sanguinaire !

Vos excuses qui n’en sont pas ou plus,

ressemblent à une tentative désespérée, 

face à l’écœurement de lecteurs assidus, 

d’éteindre le feu insidieusement allumé, 

 

Sauf peut être les haineux et déments, 

Dont la solidarité avec le Monde,

Sonnait comme un accablement, 

Ressuscitant la bête Immonde 

 

Comment expliquer le comportement amoral,

De ceux qui ont pris la décision éditoriale,

De mettre à la une une pâle copie voire un « pastiche » amer, 

D’une œuvre de l’immense Lincoln Agnew, dédiée à l’immonde Hitler ? 

 

Parmi le flot des messages légitimement indignés, 

De madame Parisot au Président de l’Assemblée, 

En passant par ceux d’élus profondément blessés, 

Ou de citoyens dont je suis, particulière-ment outrés,  

 

Je retiendrai deux témoignages emplis de force

Celui d’un illustrateur du Monde,  Xavier Gorce : 

 

« Il va falloir expliquer clairement les intentions. Aucune image n’est innocente lorsque c’est une image construite. Soit il y a maladresse, soit c’est nauséabond. Quelle que soit la référence iconographique. Je suis très mal à l’aise ce soir »

 

Celui d’un artiste qui sait la force narrative du crayon,

Joann Sfar  membre éminent de l’Association : 

 

« Cette couverture est une honte. Inutile de la justifier en prenant vos lecteurs (dont je suis) pour des imbéciles. Cette image est grave, inexcusable. Et vous le savez ».

 

Une prière à ajouter :

Assumez et regrettez ! 

 

Frédéric Lefebvre 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.