fredericpelingre
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2012

Ils sont biens manipulateurs ...

fredericpelingre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par décision n°2012-654DC du 9 août 2012 le conseil constitutionnel a déclaré non conforme à la constitution l'article 40 de la loi de finance rectificative

qui prévoyait la baisse de salaire de 30% du président, du premier ministre et du gouvernement.

Donc maintenant ils sont plus nombreux qu'avant, mais payés autant qu'avant.

C'est une peau de banane glissée par la droite principalement ( site web du conseil constitutionnel.fr ) qui veut décrédibiliser la gauche sur la baisse symbolique du train de vie de l'état . J'écris ces quelques lignes "un peu sous le coup" mais ils en prennent pour leur grade.

Le but de leur manoeuvre : faire passer la gauche plus incompétente qu'elle ne l'est ! Mais en aucun cas cette droite joue "collectif", l'intérêt général uniquement pour sa petite épicerie en procédant de cette manière. Et "à qui profite le crime?", au FN bien sur et malheureusement ! 

Cessons d'être partisans à la méthode bi-partisme ! ça bloque à tous les niveaux de notre civilisation , une opposition accumulée depuis des générations en devient "systèmique"; encrée en nous et très peu constructive pour notre nation . Les 2 principaux partis vont passer dans l'avenir pour des guignols si les citoyens ne voient pas de différence dans la vie de tous les jours. 

Qu'ils cessent d'abuser de la com' afin de ménager tout le monde tout en donnant un "os à ronger" pour se faire ré-élire ; c'est en tout cas le ressenti de beaucoup citoyens . 

Qu'ils osent attaquer les vrais problèmes du pays :

1°) La finance est mondiale (et bien ) malsainne qui a créer cette crise sans précédent ( voir arté théma : "Goldman sachs , la banque qui dirige le monde" et "noire phynances" non il n'y a pas de faute d'orthographe ! ) , de mettre hors circuit ces lobbies liées à cette finance qui veut de l'argent , en produire en un minimum de temps , et en donner le moins possible à l'intérêt général par une "défisc" immorale , purement égoïste dans la situation économique du pays et de notre monde.

Petit rappel historique pour "ces décomplexés de l'argent ", les Etats-Unis d'Amérique ont taxé exceptionnellement les fortunes jusqu'à 90% lors de la crise mondiale débutant en octobre 1929 , ils appellaient cela l'effort national ! Et nous que fait-on en Occident ? on laisse la part belle à la défiscalisation . Cette dernière à été installée par les gouvernements successifs de ces 30 dernières années pour ne pas choquer tel ou tel intérêt. Cependant masquée par une belle communication , chacun d'entre nous verra une défiscalisation "gentillette" pour les autres , mais pour les riches plutôt massive ..

A en croire "les prix de transferts", les sociétés du cac40 paient moins d'impôts ( proportionnellement parlant ) que le "petit" patron qui se bougent 70-80 heures par semaines pour faire vivre sa boîte ! C'est sans compter sur toute les niches fiscales méconnues du français moyen mais bien connues des plus aisés pouvant se payer des conseiller fiscaux !

2°) Nos 30 dernières années de lois et politiques en tous genre sont un empillement ,un enchevêtrement incompréhensible pour beaucoup d'entre nous ! Pas étonnant que l'état donne le sentiment d'agir toujours en décalé . Prenons quelques instants pour se mettre dans la peau d'un petit patron : pendant le temps passé à réfléchir pour assimiller et déficeller les contradictions administratives , il ne produit rien d'autre qu'un ulcère à terme ou tout du moins un surplus de stress ! Alors libérons les énergies de chacun et simplifions-nous la vie en simplifiant par des pourcentages , clairs simples et précis ! Le pays s'en portera mieux en produisant d'avantage ..

3°) L'environnement nous avons intérêt en tenir compte pour les générations futures , qu'ils tiennent un cap un point c'est tout , des gens se sont trouvés ruinés notamment par les divers changements de la réglementation photovoltaïque ; tout ça peut-être pour éviter au lobby nucléaire une déconvenue et une baisse de son marché . Cessons aussi la malbouffe immédiatement car elle aux mains de certains lobbies agro-alimentaire qui ne voient en nous - les petits - qu'une source de profits qu'ils doivent entretenir et faire fructifier à tout prix étant donné l'actionnariat typé finance malsainne pour notre pays . Mettons fin à la marchandisation de tout et n'importe quoi .. passons à l'économie verte qui est profitable à tous sans butter sur les idées pré conçues et autres aprioris non constructifs tel que : "retour à la bougie" , "..à l'âge de pierre" , "..trop couteux" etc ...prenons notre courage à deux mains . Quand comprendra-t-on que le nucléaire est dangereux !? J'espère qu'il n'y aura d'autre "Fukushima" à nos portes car ça sera trop tard .

Il y a bien d'autres sujets "macro" à traiter ..

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND