Frédric Toutain
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 janv. 2022

Arnaud est mort

Après son licenciement, Arnaud a consulté son syndicat local ; c'est là que je l'ai rencontré. Il m'a tout expliqué, avec ses mots à lui. J'ai démêlé de mon mieux les courriers, les articles de loi, ses droits au chômage. À 54 ans, que pouvait-il espérer de l'avenir ? Aujourd'hui, Arnaud est mort, et les responsables ne seront jamais inquiétés. Petit point supplémentaire dans les statistiques, invisible, comme les autres.

Frédric Toutain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En novembre dernier, Arnaud a été convoqué à un entretien préalable à licenciement. Ce jour-là il s'est blessé au travail. Mais il s'est tout de même rendu à l'entretien la semaine suivante. Où on lui a annoncé que son travail était médiocre, insuffisant, et qu'il serait licencié.

Cette annonce venait de la bouche du même patron qui, un mois et demi plus tôt, signait son compte-rendu d'évaluation annuelle, sans un seul reproche. Il était même écrit "apport important pour l'entreprise", à propos des compétences d'Arnaud. La lettre de licenciement listait des motifs flous. Arnaud a demandé des précisions, et a reçu un second courrier, avec des explications encore plus alambiquées, et même contradictoires avec le premier.

Arnaud a consulté son syndicat local ; c'est là que je l'ai rencontré. Il m'a tout expliqué, avec ses mots à lui. J'ai démêlé de mon mieux les courriers, les articles de loi, ses droits au chômage. À 54 ans, que pouvait-il espérer de l'avenir ?

Il y a 4 ans encore, Arnaud aurait pu attaquer son employeur au tribunal des prud'hommes, et gagner au moins 6 mois de salaire pour ce licenciement illégal. De quoi tenir jusqu'à la retraite, peut-être ? Au moins quelques années, avec des petits boulots. Mais depuis les ordonnances Macron de 2017, il n'aurait pu gagner, au mieux, que 4 mois de salaires, desquels il aurait fallu déduire tous ses frais de justice. Une misère, pour lui. Une aubaine, pour les patrons voyous.

Ce matin, j'ai appris qu'Arnaud est mort. Crise cardiaque. Bien sûr, on ne saura jamais la part exacte de responsabilité de ses employeurs. Mais l'inquiétude pour l'avenir et la chute des revenus ont des conséquences réelles. Le taux de mortalité des personnes privées d'emploi est 300 % supérieur à celui des autres, à situations de santé initiale équivalente. 10 à 20 000 morts par an

Arnaud est mort. Petit point supplémentaire dans les statistiques, invisible, comme les autres. Jusqu'à quand ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française