Frédric Toutain
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 janv. 2022

Frédric Toutain
Abonné·e de Mediapart

Arnaud est mort

Après son licenciement, Arnaud a consulté son syndicat local ; c'est là que je l'ai rencontré. Il m'a tout expliqué, avec ses mots à lui. J'ai démêlé de mon mieux les courriers, les articles de loi, ses droits au chômage. À 54 ans, que pouvait-il espérer de l'avenir ? Aujourd'hui, Arnaud est mort, et les responsables ne seront jamais inquiétés. Petit point supplémentaire dans les statistiques, invisible, comme les autres.

Frédric Toutain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En novembre dernier, Arnaud a été convoqué à un entretien préalable à licenciement. Ce jour-là il s'est blessé au travail. Mais il s'est tout de même rendu à l'entretien la semaine suivante. Où on lui a annoncé que son travail était médiocre, insuffisant, et qu'il serait licencié.

Cette annonce venait de la bouche du même patron qui, un mois et demi plus tôt, signait son compte-rendu d'évaluation annuelle, sans un seul reproche. Il était même écrit "apport important pour l'entreprise", à propos des compétences d'Arnaud. La lettre de licenciement listait des motifs flous. Arnaud a demandé des précisions, et a reçu un second courrier, avec des explications encore plus alambiquées, et même contradictoires avec le premier.

Arnaud a consulté son syndicat local ; c'est là que je l'ai rencontré. Il m'a tout expliqué, avec ses mots à lui. J'ai démêlé de mon mieux les courriers, les articles de loi, ses droits au chômage. À 54 ans, que pouvait-il espérer de l'avenir ?

Il y a 4 ans encore, Arnaud aurait pu attaquer son employeur au tribunal des prud'hommes, et gagner au moins 6 mois de salaire pour ce licenciement illégal. De quoi tenir jusqu'à la retraite, peut-être ? Au moins quelques années, avec des petits boulots. Mais depuis les ordonnances Macron de 2017, il n'aurait pu gagner, au mieux, que 4 mois de salaires, desquels il aurait fallu déduire tous ses frais de justice. Une misère, pour lui. Une aubaine, pour les patrons voyous.

Ce matin, j'ai appris qu'Arnaud est mort. Crise cardiaque. Bien sûr, on ne saura jamais la part exacte de responsabilité de ses employeurs. Mais l'inquiétude pour l'avenir et la chute des revenus ont des conséquences réelles. Le taux de mortalité des personnes privées d'emploi est 300 % supérieur à celui des autres, à situations de santé initiale équivalente. 10 à 20 000 morts par an

Arnaud est mort. Petit point supplémentaire dans les statistiques, invisible, comme les autres. Jusqu'à quand ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec
Journal — Élysée et gouvernement
À Dijon, Macron tente de redonner vie à sa « grande cause »
Le président de la République a profité de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes pour exposer son bilan sur le sujet. Sans lever les doutes sur la faiblesse des moyens et du portage politique de la question au sommet de l’État.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le président turc menace les Kurdes syriens d’une offensive militaire 
À six mois d’une élection présidentielle cruciale, un attentat non revendiqué à Istanbul sert de prétexte au président turc pour lancer une campagne de bombardements dans le nord de la Syrie.
par Zafer Sivrikaya
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement