Pétition : Pour la Sauvegarde et la Reconnaissance de notre profession

A l’attention de Mr Jean Marc AYRAULT : Premier Ministre

de Mme Dominique BERTINOTTI
Ministre déléguée auprès de la Ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée de la Famille.

de Mr Vincent PEILLON
Ministre de l'Education nationale

Lyon le 13 Juin 2013
 

Madame, Messieurs,


A la suite des décisions énoncées sur la politique familiale, les Assistantes Maternelles Agréées , les Garde d’enfants (CESU), les Vacataires (restauration scolaire), les ATSEM (Agent Territorial Spécialisé des Ecoles Maternelles ... ) vous font part de leurs inquiétude concernant l’avenir de leur profession. Les Enseignantes s’associent à notre démarche compte tenu que leur véritable mission, est occultée par des orientations qui ne rentrent pas dans leurs compétences.


1.Concernant la scolarisation des enfants âgés de 2ans et la semaine de 4 jours ½ :
Nous sommes persuadées que cette mesure portera atteinte à la véritable mission de l’enseignante.

v    A savoir qu’un enfant de cet âge n’est pas autonome et qu’à 2ans ½ il ne l’est qu’à 50%.
Que cette scolarisation est assimilée à une garderie non rétribuée. Il ne parait pas « choquant » que les enfants effectuent 10H DANS UNE CLASSE EN SUR EFFECTIF.

v    Que la gestion de la semaine de 4 jours ½ remet en question, les activités extrascolaires, et cause un préjudice sans précédent aux Assistantes maternelles ou tout autre mode de garde.

v    Les enseignant(e)s en subiront aussi un préjudice professionnel.

v    Que ne ferait-on pour satisfaire quelques parents ? Il est essentiel de rappeler que les parents sont soutenus financièrement par des subventions (Pajemploi ) et bénéficient d’une fiscalité avantageuse.
Nous nous étonnons que les services de P.M.I. n’interviennent pas alors que le Bien Etre de l’enfant est remis en question et que cette même administration limite les agréments en ne respectant la loi de 2009,
Nous sommes persuadées que ces nouvelles mesures ne permettront pas de création d’emploi.
Il ne fait aucun doute que sont les Assistantes Maternelles et toutes les personnes qui entourent les enfants au quotidien, en feront les frais.

2.La création de places en crèches :
Cette mesure ne peut être accomplie par les municipalités compte tenu du coût mais en vue d’un objectif électorale, des efforts seront faits et de toute évidence au frais du contribuable. (Augmentation des impôts). Une fois de plus, les Assistantes Maternelles seront les victimes de cette mesure.

3.La baisse du quotient familial :
Cette mesure ne résoura pas le soi-disant problème financier des prestations.
En effet, il aurait été plus judicieux de mettre les haut revenus à contribution et d’éviter les dérapages causé par une politique sociale visant des desseins électoralistes.

4. Pajemploi et les subventions :

Il est essentiel de reconsidérer ce système qui permet d’embaucher une Assistante Maternelle Agréée tout en bénéficiant d’une exonération des charges patronales et d’une déduction fiscale de 50%
Si au départ cette subvention est de l’ordre de 300E. (environ) , elle est revue à la baisse à partir de 3 ans et supprimée à partir de 6 ans. Après , c’est la porte ouverte au système D , au travail au noir, à l’exploitation salariale des sociétés de service à la personne.

 

5.Le Rôle du Conseil Général dans cette politique :
Etant stigmatisées par des médias et surtout mal entourées par une administration qui abuse de son pouvoir, notre profession n’a jamais été reconnue.
Et par cette pétition , nous voulons déclarer notre colère . Nous sommes aussi des PARENTS.
 

A savoir que les décisions prises n’ont pas été le faite d’une concertation.
Comme d’habitude, les Assistantes Maternelles ont été écartées voire méprisées par le pouvoir exécutif.
Mais il est temps de mettre fin à ces archétypes dont nous gratifie.
Nous ne voulons plus être considérer comme les THENARDIERES ( Les Misérables : Victor HUGO) de la Petite Enfance.
 

Le Collectif des Assistantes Maternelles


Signatures :

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.