Profession Assistante Maternelle Agréée

 Madame La Ministre,

Rencontrant de façon récurrentes  des problèmes  dans l’exercice de mon métier (de 1992 à 2012),  je vous fais part de mon désarroi   à la suite de la décision du Conseil Général. En effet, suite à la visite du 30 Novembre 2011, de Mme ......... infirmière – puéricultrice chargée de mon suivi professionnel (remplaçante de Mme ..........qui était en congé maternité), cette instance   me convoqua, le 9Juillet 2012, en Commission Consultative Paritaire Départementale pour évoquer semble t-il des dysfonctionnements mettant en péril, l’environnement des enfants.

A la suite de cette convocation, il a été  décidé un retrait d’agrément.

Les parents ont été  très surpris par cette convocation et m'ont soutenus tant qu'ils ont pu voire voulu car me sachant sans agrément, ils ont été sommés de cesser de travailler avec moi.Et comme ils bénéficiaient du système Pajemploi, ils ont préféré obtempérer. Ils connaissaient et appréciaient mes qualités professionnelles. (cf. : Attestations)  tout comme ils connaissaient aussi mes défauts. Vingt années de reproches contre vingt années d’accompagnement auprès des enfants leur ont paru excessif. D’autant plus, que certaines allégations sont contestables sur le plan moral. J'avais resigné mes contrats et planifié la rentrée en respectant l'agrément.

Bien que je ne conteste pas que mes relations avec la P.M.I. aient été difficiles, dues à mon tempérament entier, j’ai toujours privilégié l’aspect affectif de mon métier.

A chaque fois , j'ai été  sur la défensive car j’ai constaté leur manque d’attention envers les enfants tant par leurs propos, leur ton, et l’intérêt porté à ce que font les enfants.

Certes il est essentiel de respecter le cadre légal de ma profession et tout en le respectant j'ai fait face parfois à des situations qui sollicitaient des qualités humaines. Je me suis aussi défendue contre des parents pas très respectueux de ma profession. Ces parents très écoutés par les services de P.M.I. ne font pas l’objet d’une enquête…. De ce dossier qui a été adressé à la commission, j’en dénonce les fausses accusations révélant les failles d’un système. L'affaire est suivi par le tribunal administratif. C'est un combat redoutable connaissant l’immense pouvoir de cette instance. Et les Enfants dans cette triste histoire? J’ai été élevée dans la tradition du Travail, de l’Honnêteté, de l’Humilité mais aussi la Fierté d’être considérée et reconnue.

Quand chaque jour, j’ouvrais ma porte aux Enfants, je me remettais en question

Un sourire d’Enfant vaut tous les élans de Cœur mais qui ne rencontrent pas systématiquement l’agrément du Conseil Général.

P.S. : Je ne possède pas la Suffisance d’être mais j’ai la Prétention d’y croire

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.