Recours Gracieux

A l’attention de  Mr Michel MERCIER

Président du Conseil Général du RHONE

                                                                     Lyon  le 28 Août 2012

Lettre A.R.

Objet : Recours gracieux concernant un retrait d’agrément.      

Monsieur le Président,

Par la présente, je vous fais part de ma  profonde déception concernant la décision de la commission paritaire du 9 Juillet 2012

En effet, depuis 20ans, que j’exerce la profession d'Assistante Maternelle à mon Domicile, je n’ai eu de cesse de faire front aux attaques insidieuses des personnes chargées de mon suivi professionnel.

Leur persévérance a eu raison de ma résistance. Et par le biais d’un dossier monté de toute pièce, elles sont parvenues à leurs fins. La sentence suprême étant le retrait d’agrément.

Ce dossier n’étant  basé que sur de fausses accusations ne révèle pas de fautes graves avérées.  

A l'heure d'aujourd'hui, et ayant reconduit tous mes contrats pour l'année 2012-2013, les parents ont été sommés de ne plus pouvoir m'accorder leur confiance.

Suite à cette iniquité, les parents bien que satisfaits de mes services,  ont été  mis dans l’obligation  du jour au lendemain de rechercher une autre garde , leur permettant ainsi de bénéficier des subventions pajemploi.

Du plein emploi, je me retrouve au chômage suite à cette décision brutale, inattendue et qui me semble infondée au vue des pièces justificatives incluses dans ce dossier

Lorsque que je me suis présentée en compagnie de deux parents et d’un autre témoin, notre impression fut que l’affaire était entendue en ce qui concerne les membres de la Commission Paritaire et que quoique je dise pour ma défense,  rien ne pouvait changer leur façon de juger et d’appréhender les griefs qui m’étaient reprochés par les services de la PMI.

N’ayant pu, de vive voix me défendre, à peine trente minutes de parole pour un entretien de 90 minutes environ, je vous adresse copies des courriers attestant mon intégrité et de mon professionnalisme de la part de la  part de mes employeurs.

Suite à ces accusations non fondées, j’envisage la possibilité de porter plainte en référé pour ce licenciement que je juge  abusif et qui a entraîné la perte de mon emploi, accompagné d’un  préjudice morale et financier

En tout état de cause je suis déterminée à retrouver mon intégrité car, il m’est insupportable de recevoir une sanction qui n’est pas justifiée, et de constater le parti-pris et l’acharnement de la PMI à mon encontre, quel que soit la personne désignée pour être en relation avec moi, ce qui explique aussi ma réserve à l’égard de cet organisme.

J’aurai pourtant souhaité des relations de soutien et d’appui,  pour pouvoir exercer sereinement cette profession difficile qui réclame une attention particulière concernant le relationnel.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président , en l’assurance de ma considération distinguée.

M. F. 

PJ : Attestations des Parents et  courriers

NB : je reste à votre disposition pour vous fournir encore plus de courriers si vous le souhaitez.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.