Coupable....

Je n’ai pu lire cette lettre faute d’avoir eu le temps et l’opportunité de le faire lors de l’audience du Tribunal Administratif (17 Octobre 2012. ) Audience au cours de laquelle j’ai perçu une entente tacite entre l’avocate du Conseil Général et la juge qui présidait l’audience. Mon avocate n’ayant eu qu’un temps de parole très limité

Madame le Juge ,

Si vous décidez de me condamner, il faut me déclarer coupable :

•    Coupable d’aimer mon travail et d’en parler avec d’autres mots que ceux préconisés par les personnes chargées de mon suivi professionnel.

•    Coupable de n’avoir pas eu  la « Science infuse » mais le profond désir de me construire une vie professionnelle avec un regard humain accompagné de sourires d’enfants.

•    Coupable de ne pas avoir mis en danger les enfants. (les mesures de sécurité étant respectées)

•    Coupable de les avoir Soigner. De les avoir inviter à un petit déjeuner le matin en ma compagnie. Ils aimaient les boudoirs, les tartines de beurre et de confiture…

•    Coupable de les avoir fait Chanter, Danser, Rire ,Consoler, ……

•    Coupable de Fêter leurs Anniversaires, les Fêtes des Mamies, les Fêtes des Papas et des  Mamans.

•    Coupable d’avoir organiser le goûter de Noël en compagnie de leurs parents.

•    Coupable de les avoir surveiller pendant leurs siestes (9H30 -10H30) (13H45 -16H15)

•    Coupable de les avoir emmener à la bibliothèque

•    Coupable d’avoir jouer au foot avec eux au square  à des heures (11H30-12H00) où ils pouvaient courir sans risquer d’être renversé par un vélo, voire importuner par des enfants « turbulents », ou par des S.D.F. avinés, ou par  des campeurs inopinés.

•    Coupable d’avoir fait le petit train pour les conduire à table !

•    Coupable d’avoir signé 7 contrats tout en respectant le nombre légal de l’agrément.

•    Ces contrats n’étaient que des temps complets  (2-3-ou 4 jours) ou    ½.journées

ou des périscolaires le soir après 18H- ou uniquement durant la période des vacances)

A savoir qu’ il m’aurait été impossible de garder  plus de quatre enfants !

•    Coupable de leur avoir appris à être Propres , Polis, Solidaires entre eux.

Jamais de coups ! Jamais de mots méchants ! Mais toujours des conversations qui feraient pâlir de regrets tout  adulte en manque !

Ex. : C.....  à L.....! Dis, tu veux bien être ma copine et L.....répondait gentiment Oui !

Ces moments là, m’appartiennent et ne pourront s’effacer devant l’adversité.

Tout comme je  regrette que le dialogue ne fut pas orienté sur l’évolution culturel et morale de l’enfant.

J’aurais apprécié que les personnes chargées de mon suivi professionnel me demandent :

•    Qu’elle étaient mes options musicales.

•    De leur montrer les dessins que les enfants effectuaient pour chaque évènements

•    De leur démontrer qu’ils savaient danser ! (vidéo  à l’appui)

•    De leur parler de leurs parcours culinaires.

Mais leurs désirs ne s’est fixé qu’à l’écriture d’un planning souvent bouleversé par les préoccupations professionnelles, morales et financières des Parents.

Je n’ai pas su cacher « d’enfant dans les placards » (dixit : Propos de la puéricultrice (Novembre 2006). Ces meubles étant prévus pour un autre usage

Victime, je l’ai été  devant l’agressivité, le harcèlement, les propos tendancieux. Malheureusement je n’ai pas su gérer cette situation. C’est le prix de mes convictions et de mon honnêteté.

J’avais construit un monde pour les enfants qui rentrait pas dans le format A4 du Conseil Général.

Et si j’en appelle à votre justice, c’est que je pense que je suis innocente des accusations lancées contre moi.

Jamais je ne serais permis de dénoncer une sanction si j’avais commis une faute grave.

D’autre part, je vous informe  que cette sanction a aussi porté préjudice à la moralité des Parents. Ils auraient apprécié que la P.M.I. les contacte et qu’elle prenne en compte leurs attestations.

Et je suis indignée par le faite que le Conseil Général prenne en considération les propos de Mr B.... et Mme G....., qui ont été condamnés par le Conseil des Prud’hommes et qui n’ont à ce jour pas répondu à ma demande  de mise en conformité de mes deux derniers bulletins de salaire.

En effet depuis quatre ans, je n’est eu de cesse de réclamer ces documents en ayant écrit à Pajemploi,  aux Ministères de la Justice, Ministère  du Travail, des Relations Sociales et de la Solidarité  et d’autres instances mais en vain…..

D’ailleurs les services de P.M.I. ne m’ont pas informé de ce courrier.

Tout comme ils ne m’ont pas informé du courrier de Mr L….. en Janvier 2009, m’autorisant l’extension au nombre de 4.

Tout comme, je n’ai jamais reçu la visite de Mme V……. , remplaçante de Mme M……(Courrier de  Janvier 2011).

Je l’avais invité à me rencontrer en Avril 2012. mais en vain…..Je note que notre conversation fut positive et m’incita à coopérer. Mais le dossier  fut confié à Mme N………que je ne connaissais pas ????

M’étant inscrite sur le site RHONE.FR , j’avais besoin d’un formulaire. « Mme N………. me répondit que je n’étais pas sa priorité »  Vous serez à même de comprendre ma réserve vis-à-vis de ces personnes. Je reçus ce document au bout de dix jours d’attente…..

Il y aurait tant de choses à dire mais ……

Mme le Juge

Vous avez entre vos mains ma destinée, que j’avais envie d’entériné  en renouvelant une dernière fois mon agrément (Juillet 2013) . Et d’arriver à l’âge de la retraite avec des merveilleux souvenirs d’enfants heureux plein la tête.

Je vous prie de croire, Mme le Juge , en l'expression de mes sincères salutations.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.