FreeAhmedSamir
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 juin 2021

FreeAhmedSamir : condamnation d'un étudiant égyptien, violation de liberté académique

Dans un contexte de répression implacable de toute forme de dissidence, le 22 juin 2021, Ahmed Samir Santawy, étudiant égyptien à Central European University (Vienne, Autriche) a été condamné à quatre ans de prison pour la « diffusion de fausses informations » contre le gouvernement égyptien. Une grave violation de la liberté académique, de la liberté d'expression et des droits humains.

FreeAhmedSamir
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 22 juin 2021, Ahmed Samir Santawy, étudiant égyptien en master de sociologie et anthropologie sociale à l'Université d'Europe Centrale (Central European University basée à Vienne en Autriche) a été condamné à 4 ans de prison pour avoir diffusé de "fausses informations" sur internet contre le gouvernement égyptien. Une grave violation de la liberté académique, de la liberté d'expression et des droits humains. Cette injustice doit cesser.

L’agence de sécurité nationale égyptienne avait arrêté arbitrairement Ahmed Samir Santawy dans la nuit du 1er février 2021 au domicile de ses parents en Égypte alors qu’il était rentré de Vienne (Autriche) pour quelques semaines de vacances. Ahmed a alors été soumis à une disparition forcée et à des tortures pendant au moins cinq jours, et demeure détenu dans des conditions inhumaines depuis ce jour.

Lors sa comparution devant le parquet suprême de la sûreté de l'État du 6 février 2021, il avait été interrogé sur des accusations liées au terrorisme, sur la base d'enquêtes secrètes des renseignements égyptiens que ni Ahmed Samir Santawy ni ses avocats n'ont été autorisés à examiner. Une nouvelle accusation a été formulée en mai 2021 à propos de publications sur les réseaux sociaux visant à porter atteinte à l'État, à ses intérêts nationaux et à l'ordre public, et à semer la panique parmi la population.

La récente condamnation d'Ahmed Samir Santawy intervient dans un contexte de répression implacable de toute forme de dissidence et de répression sévère des droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifique en Égypte. Ahmed fait partie d'une liste bien longue d'étudiant∙es égyptien∙nes qui ont poursuivi leurs recherches en Europe et ont été arrêté∙es par les forces égyptiennes à leur retour en Égypte, tels que Patrick George Zaki, Walid al-Shobaky et Giulio Regeni (ce dernier ayant été retrouvé sans vie en 2016 dans les rues du Caire). L’arrestation, la détention et la condamnation d’Ahmed Samir constituent une grave atteinte à la liberté académique puisque les vraies motivations sont liées à son sujet de recherche, qui porte sur les droits des femmes en Égypte, et à son esprit critique envers la gouvernance égyptienne. 

Cette condamnation repose sur une déclaration de culpabilité erronée, fondée sur des motifs fallacieux, prononcée par un tribunal d'exception chargé de la sécurité de l'État dont les verdicts ne sont pas susceptibles d’appel. Sa condamnation est fondée sur des publications sur les réseaux sociaux critiquant les violations des droits humains dans les prisons égyptiennes et la mauvaise gestion de la pandémie par l'État, que l’étudiant nie avoir écrites. Comme le rappelle le directeur de la recherche et du plaidoyer pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord d'Amnesty International, Philip Luther « Qui que soit l'auteur des publications en question, criminaliser la diffusion d'informations sur la base de concepts vagues tels que les fausses informations est contraire au droit à la liberté d'expression garanti par la constitution égyptienne et le droit international des droits humains ».

Les camarades et ami∙es d’Ahmed Samir, étudiant∙es de Central European University, à l’origine d’un mouvement transnational pour sa libération #freeahmedsamir avec le soutien des enseignant∙es, chercheur∙euses et du recteur de l’université s’adressent désormais au président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi en lui demandant de ne pas ratifier cette la condamnation et d’accorder le pardon présidentiel à cet étudiant innocent.

Alors que les étudiant∙es de Central European Université recevaient leur diplôme il y a quelques semaines, la justice n'a pas été rendue à leur camarade. La campagne continue pour sa libération immédiate et sans condition!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com