Philosophie pour profane et pro fan

f927-magritte_La-Victoire-Posters_0.jpgplatonfq3.jpg

En mon ressentiment, la philosophie est une porte pouvant être ouverte par tous sur de vastes étendues à perte d'horizon. Ensuite, si on a pas peur d'en franchir le seuil, du vertige et si l'envie est là, c'est un marathon à entreprendre sur le chemin de la découverte, vers une direction choisie, dont le point de départ est en soi-même et dont le point d'arrivée reste souvent inconnue, indistinct et semblant souvent au début inaccessible. Il peut arriver d'ailleurs que certains abandonnent, se perdent ou ne soit pas satisfait de ce qu'il découvre mais il recommencera toujours. Il recommencera le même chemin ou alors il en entreprendra un autre quitte à retenter (au point de départ ou à partir d'une de ses étapes déjà atteintes) plus tard celui qu'il avait abandonné temporairement.
Il prendra toujours plaisir à explorer ces mondes vastes et inconnus car malgré les peines, les déceptions et les obstacles rencontrés, il sait qu'il trouvera toujours plusieurs fois sur le chemin la joie d'avoir le sentiment d'avancer dans sa quête d'homme éclairé.
tout en restant humblement au service d'autrui et proposant a d'autres la possibilité de montrer et démontrer sa découverte afin de donner la possibilité à chacun d'en estimer la valeur, il aimera être contesté et pourquoi pas même au point de se désavouer juste pour le plaisir de repartir en quête. Le phiosophe aime se remettre en question parce que son but est d'être meilleur et non LE meilleur par crainte de se voir devenir égocentrique, hauntain, méprisant, élististe voire sectaire

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.