Votre connerie, Sire* ? (*) Terme sensiblement ironique

Vouloir gérer la France comme une entreprise ! VOTRE entreprise !

Vouloir gérer la France comme une entreprise ! VOTRE entreprise !

 Et parmi nous, beaucoup savent, pour le vivre ou l'avoir vécu, qu'en entreprise la vie n'est pas toujours rose.

De plus bien souvent, plus on est bas dans la hiérarchie, plus difficile devient l'existence.

 Il y a 18 mois, un banquier, VOUS, faisait son OPA sur notre pays, soutenu par ses amis fortunés, voire très fortunés, de France ou de l'étranger (cf magazine CAPITAL 1).

24% de votants vous accordaient leur voix (18% d'inscrits !) en première instance, puis 66% d'exprimés, refusant à juste titre l'alternative, vous propulsaient finalement à l'Élysée.

Mais au lieu de faire profil bas au vu des résultats (comme avait su faire en son temps J. Chirac, pourtant fort de 82% de suffrages), VOUS, Môssieu* Macron vous êtes cru de la veine des Bourbons et vous êtes pris pour le nouveau monarque!

On pourrait disserter à l'envi sur les raisons de cette promotion élyséenne : au 1er tour, petites* traitrises socialistes à l'égard de B. Hamon, manque d'une-pourtant bien nécessaire- cohésion des mouvements à gauche du PS, puis louable front républicain (sans doute conforté, hélas, par quelques sournoises promesses de portefeuilles ministériels).

Toujours est-il que (pour parler vulgairement … mais ça dit bien ce que ça veut dire), fraîchement élu, VOUS, E. Macron, ne vous êtes plus senti pisser !

Comme tout bon* PDG prenant les commandes de l'entreprise qu'il considère dorénavant sienne, vous avez appelé vos copains à la rescousse afin de former le premier cercle, ceux qu'il faut remercier de leur soutien : certains -les pauvres* !- vont renoncer à leurs lucratives rémunérations de la société civile(cf magazineCAPITAL 2) pour un salaire de misère*, à peine 10000 euros/mois !

Comme les places "officielles" sont comptées, les oubliés de cette récompense … ne le seront pas !

Vous leur offrirez :

- un enterrement de première classe : l'ISF ! Un cadeau évalué entre 3 et 5 milliards/an (cf theconversation)

- une jolie "Flat tax" plafonnée à 30% (cf Forbes)

- un petit* poste de recteur, consul, ambassadeur, … !  (cf avantgardepeuplesobs.org)

- une nomination de complaisance quelconque … mais rentable (cf Mouvement Génération·s)

- des soldes défiant toute concurrence, sur les "bijoux de famille" : ADP, FDJ, et d'autres encore !

Tout ce petit monde pourra cependant, et bien entendu, tremper dans quelques magouilles, via des pratiques légales mais amorales, des délits d'initiés, ou des prête-noms (amis proches ou familiers) qui leur permettront d'arrondir* leur fin de mois ! Y'a pas de petites économies, hein ?

Les mauvaises habitudes sont tenaces, et les risques de se faire repérer relativement faibles ! Et puis, en dernier ressort, il reste le non-lieu ! Le "top vente" des politiciens véreux et des hommes d'affaires sans scrupules ! j'déconne*, ils ont eu un non-lieu ! ils sont quasi-innocents !

Enfin, l'admirable* loi sur le secret des affaires (cf lemonde) devrait offrir l'échappatoire définitive à ceux qui se retrouveraient, malgré tout, sur le gril !

 

Mais revenons à l'entreprise : quid des cadres et employé(e)s, eux qui produisent les richesses, et grâce auxquels il est possible de frimer à l'extérieur ?

 Le PDG va leur expliquer (couplet connu !) que les temps sont difficiles, qu'il va "falloir se serrer la ceinture" (encore ??), MAIS qu'au contraire des promesses de ses prédécesseurs, cette fois le sacrifice sera payant … à terme !

 En tout cas, pour l'instant, les salaires seront bloqués ! (et il n'y peut rien, si dehors, les prix flambent : ce n'est pas sa faute !)

Ben oui ! Mais faut bien éponger le coût des cadeaux faits aux copains banquiers et grands entrepreneurs ; cadeaux faits pour "ruisseler" sur le bas peuple (Hélas, jusqu'à présent,  suppression ISF ou CICE,  rien ne convainc que l'emploi profite vraiment de ces mesures dispendieuses ! Et les grosses fortunes personnelles bénéficient sans doute de plus de chance !).

Et puis, il faut penser aux  malheureux* actionnaires, pour qui un rendement à 1 seul chiffre est synonyme de faillite ; faut pas les démoraliser, eux ! Sinon, vont partir faire fortune ailleurs, pressurer d'autres humains plus fragiles, et donc plus conciliants !

Finalement, le ruissellement se traduit plutôt en noyade pour ceux d'en bas !

Comble de malheur, avec votre "avènement", nous avons hérité d'un problème supplémentaire : VOUS, hyper-PDG, êtes hyper-PRÉTENTIEUX et DÉDAIGNEUX vis à vis de vos semblables !

Et même quand vos plus proches collaborateurs s'évertuent à vous démontrer que tout pouvoir a ses limites, qu'il faut savoir écouter les récriminations de la base, admettre que sa colère est justifiée, que sa souffrance devient insupportable, vous n'en avez cure : vos convictions sur la bonne marche de la finance heu ! du pays sont les seules qui vaillent : rendement FIRST !

À présent, vos soutiens semblent vous lâcher, et vous allez finir pratiquement seul ! Mais vous vous enferrez à tenir ce cap, funeste pour 80% d'entre nous !

Par votre faute, l'entreprise France titube et une grosse partie du personnel vous exècre !

 Chapeau ! 18 mois pour en arriver là : y'a pas, on peut dire que, dans votre catégorie, vous êtes CHAMPION* !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.