La guerre de Trump aura bien lieu !

Comment pourrait-il en être autrement, après tant de semailles de haine ?

Un individu grossier et sans doute inculte, quasi hystérique si l'on observe ses postures compulsives, qui harangue ses partisans en les abreuvant de propos infects, ciblant sans distinction toutes les communautés n'ayant pas l'heur de lui plaire.

 Ses discours démagogiques instillent dans les têtes ("cerveaux"  serait leur faire trop d'honneur) de ces suppôts, aussi limités intellectuellement que leur maître à penser  être idiots, la détestation de tous ceux  qui ne partagent pas leur idéologie xénophobe.

 Un crétin, parvenu au sommet par une énorme ânerie collective,  qui pense que ses théories (de marchand de soupe,  en l'occurrence !) doivent s'appliquer au monde entier, qui prend le moindre prétexte pour faire monter la pression belliqueuse, dans son voisinage immédiat comme à l'international.

Ça ne vous rappelle rien, ni personne ?

 Et pour couronner ce péril (encore ?) en gestation, cet imbécile patenté fait des émules : ici et là, naissent de pitoyables clones qui choisissent leurs proies en fonction de critères locaux : ici la religion, là l'appartenance ethnique, là encore l'inclination sexuelle.

 Partout, tout est bon pour justifier la violence qu'ils veulent répandre, violence qui permettra à ces oppresseurs d'occulter les malversations et les assassinats que ces régimes incontrôlables génèrent systématiquement.

Les despotes africains avaient montré la voie depuis belle lurette, soutenus par leurs anciennes colonies qui, y trouvant leur compte, leur assuraient sécurité, longévité, enrichissement et succession dynastique garantie.

Très fréquents, ces systèmes abjects restaient localisés à un continent considéré, de tous temps, comme inférieur, et comme ça se passait "loin de chez nous", la raison (de leurs propres intérêts !) dictait à nos politiques de fermer pieusement les yeux et de laisser faire ces assassins : Et puis, quelques milliers de "nègres" en plus ou en moins, après tout,  quelle importance ?

Plus près, nous avions aussi :

  • le russe qui, sous des apparences -presque- bonhomme (est-on vraiment dupes ?), astreint son peuple à une politique de fer et à ses appétits de pouvoir absolu,
  • soutenu par le précédent, le syrien qui extermine son peuple sans ciller,
  • l'israélien boulimique d'espace, quitte à bafouer toutes les règles établies,
  • le nord-coréen, si fier d'étaler son arsenal de destruction massive,

 Chacun d'eux,  fait sa cuisine autoritaire dans son coin de monde, sans empiéter sur l'Europe occidentale, ni en troubler exagérément la passivité : alors tranquilles, quoi !

 Mais aujourd'hui, le président  du pays, autoproclamé gendarme du monde depuis ¾ de siècle, entraîne la planète dans l'obscurantisme et l' hostilité tout azimut : Mur (et soldats) à la frontière mexicaine, plongée inéluctable vers une nouvelle crise façon "subprimes", dénégation du réchauffement climatique et sortie de l'accord COP21,  offensive hyper-agressive sur l'export chinois, fracturation hydraulique sauvage, menaces de mise à l'index de ceux commerçant avec l'Iran, etc, etc, etc.

 Ses copies italienne, turque, hongroise, polonaise, et bien d'autres, moins puissantes, concentrent leurs efforts à réduire les libertés, contraindre leurs voisins, exacerber les différences, édifier des rancunes qui resteront tenaces : Tout pour alimenter les tensions -déjà potentiellement- inhérentes à toute relation humaine.

Exemple vivant de l'adage d'Audiard, " Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît.", ses limites semblent inexistantes et font craindre qu'à tout moment, l'incartade d'un de ses plagiats en agressivité, plus prétentieux et ambitieux que les autres, ne le fasse déclencher un conflit  dont l'issue ne pourrait être que terrible pour l'humanité, tant le terreau est prêt pour qu'un tel conflit dégénère en 3 ème guerre mondiale.

 Comme ces poilus, morts avant même, pour beaucoup, que d'être adultes (et qu'honoraient hier, dans une ambiance pseudo-pacifique, des dirigeants qui jouent en permanence nos vies à la roulette russe), tous ceux qui en sont à imaginer leur vie future, auront-ils vraiment le loisir de profiter paisiblement de notre planète, dont beaucoup œuvrent à sa perte, épuisant ses ressources ou la mettant à feu et à sang ?

 Les espoirs de Jean Giraudoux étaient infondés ; la guerre tant redoutée à malheureusement  eu lieu.

Comme lui, serais-je contrarié, et mes craintes, de ce fait et par bonheur, injustifiées ? L'espoir qu'elles demeurent sans suite me semble hélas bien ténu, face à l'exécrable voracité de tous ces apprentis sorciers !

 Un humain définitivement démoralisé

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.