Du pain et des jeux ? Bientôt plus que des jeux !

Limite ras-le-bol !

Bien sûr que c'est super ! L'équipe de football de notre pays est championne du monde, et la fibre patriotique, qui sommeille en chacun de nous, ne peut que vibrer de fierté !

Et donc, ON EST LES CHAMPIONS !! ON EST LES CHAMPIONS !! ON EST, ON EST, ON EST  LES CHAMPIONS !!

Et la liesse dans les rues, et les millions de français euphoriques ! Et notre roi-président qui  accaparerait bien cette victoire pour revigorer une popularité qui, paraît-il, s'étiole !

Mais permettez le point de vue d'un vieux con !

Je déplore la joie - quelque peu préfabriquée par les media depuis des jours - de tous ceux de mes concitoyens dans la "mouise"  et qui semblent oublier, si facilement -si futilement ?- les problèmes qui leur pourrissent la vie au quotidien.

Au nom du libéralisme à tout crin, on leur grignote leur pouvoir d'achat, les aides sociales, leur retraite, bientôt peut-être la réversion, tout ça au profit des plus fortunés… grâce à qui l'économie ne peut - ne va, nous promet-on ! -  qu'aller mieux. Pour ces derniers, oui, ça va bien, merci ! et toujours mieux au fil des années.

Mais fermetures après fermetures, licenciements après licenciements, petits CDD après courts CDD, le commun des mortels se sent glisser vers la précarité, le chômage, l'assistance et les galères qui s'ensuivent.

Et pourtant, hier, allégresse à tous les étages !

Dans "le Barbier de Séville", Figaro se presse de rire de tout avant d'être obligé d'en pleurer : ne sommes-nous pas tombés collectivement dans ce travers, comme une ultime protection au mal-être grandissant ?

Pour en arriver là, on nous a drogués au télévisuel à longueur de chaînes, et siphonné le cerveau à chaque bulletin radio, puis à présent, on nous fait croire qu'ON a gagné : mais qui ? mais gagné quoi ?

Une soirée de fête à se congratuler bruyamment, un joli défilé sur les Champs Élysées, les éloges d'E MACRON à nos joueurs … autant qu'à lui-même ?

Certes une communion nationale est toujours bonne à prendre, mais combien de temps peut-elle résister à tout ce qui divise notre société ? tout ce qui va refaire surface dans 2 – 3 jours ?

Cette extraordinaire énergie dépensée à chaque coin de rue  ne serait-elle pas plus utile ailleurs et autrement ?

Pour défendre les acquis qu'on nous réduit, jour après jour ?

Pour se révolter contre cette politique antisociale, qui, pour un soi-disant meilleur collectif,  mène au désastre individuel ?

Pour rappeler à ce petit banquier qu'il n'a été soutenu que par le quart de la population, et élu uniquement grâce au rejet de l'extrémisme ?

Alors, je suis heureux pour l'équipe de France, agréablement surpris aussi qu'ils reversent une partie de leur prime à des associations, mais je reste très réservé quant au battage médiatique qu'on nous impose … pour nous endormir … en attendant, avidement, l'arrivée du tour de France, puis la prochaine compétition internationale pour nous remettre une couche d'anesthésiant !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.